Bienvenue

Pratiquement toutes les photos de mes randos ont été basculées sous forme de diaporamas sur Youtube, certaines restent encore sous forme de galeries, tant que ça marchera comme ça, elles y resteront.

- Internet Explorer peut bloquer sur certains sites d'hébergements des photos. Utiliser de préférence Firefox ou autres navigateurs.

- les sites d'hébergement de photos ne sont pas toujours au mieux de leur forme, prenez le temps. Je ne suis pas responsable de leur comportement parfois bizarre et erratique en mode diaporama !!

Merci de votre compréhension.


à noter: le petit dejeuner est obligatoire en chambre d'hotes decret num 2007-1173 du 03/08 relatif aux chambres d'hotes, pour moi c'est de la vente forcee
attention ne s'applique pas aux hotels

La grande Traversée des Pyrénées, GR 10



GR 10 grande traversée des Pyrénées

 

Cette rando a  été commencée en juillet 2016, du côté méditerranée à partir de Banyuls jusqu'à Planes, voir la 1 ère partie,  s'est poursuivie en juillet 2019, au départ d'Hendaye jusqu'à Cauterets, voir la 2 ème partie

 

1 ère partie départ méditerranée 2016


ce projet a été préparé par une randonneuse qui, ayant passé une annonce de recherche de coéquipiers sur le site du routard, m'a trouvé et accepté :-) , bon pour le service!

je n'ai rien préparé et ne suis donc pas en mesure de vous en donner le détail ainsi que les dénivellés, pas plus de carte générale, mais vous trouverez tout ça sur la toile, je vous livre juste les étapes.

habituellement, on part plutôt côté Hendaye, on va vite comprendre pourquoi, d'abord le relief est moins difficile que côté méditerranée, j'en sais quelque chose vu que j'avais déjà fait 4 jours en partant de ce côté là, et vous évitez d'être exposé au soleil toute la journée. puisque vous monterez les reliefs côté ouest et donc protégé du soleil,

Pour la petite histoire, au retour, je me suis rendu sur le site sitytrail (avec abonnement) pour calculer la première étape, de banyuls au refuge de la tagnarède, j'ai compris pourquoi ça m'a tué, 18km pour 1600m de dénivellé positif, certes on ne monte qu'à 1100 m maxi, mais combien de descentes et remontées ! tout ça pour un premier jour. Et normalement l'étape était d'aller encore plus loin au refuge de l'Ouillat, qu'on mettra deux heures à atteindre le lendemain matin, mais on va trouver d'autres randonneurs aussi morts que nous qui ont du s'arrêter comme nous.

 les photos comme d'hab en colonne de gauche, les liens en vert

donc allons y !

jour 01 le 10/07/2016 de Banyuls à refuge de la Tagnarède


chaleur écrasante, en se retournant on apercevra longtemps la méditerranée, on marche sur des sols rouge, pas d'ombre, que des arbustes, une fois dans les hauteurs, pour ma part, j'ai trouvé plus beau, des alpages, enfin quelques arbres, deux sources sur cette étape, ça permettra de se rafraichir et reprendre de l'eau. ça consomme dur !  arrivée vers 20 h au refuge non gardé, moyennement propre, il y a des matelas sur les bats-flancs, mais je ne m'en servirai pas, pas confiance.  Il faudra faire 300m de plus en suivant le GR pour trouver un abreuvoir à vaches, avec eau courante, eau fraiche pour se laver un peu et cuisiner pour certains. Pour ma part, je ne pourrai rien manger, j'ai l'interieur brulé par l'air chaud respiré toute la journée. boire, juste boire et reboire. Je mettrai des cachets dans l'eau prise aux sources, pas trop confiance, chacun fait comme il le sent . Il y aurait une source plus pas que le gîte, mais on ne la pas chercher.
    - gîte de la Tagnarède, sur le GR, non gardé, état moyennement propre
    note: si vous arrivez à aller jusqu'à l'Ouillat, c'est un vrai gite gardé avec repas etc ....

jour 02 le 11/07/2016 de Tagnarède au Perthus


ça commence par monter dès le début, arrêt bibine au gîte de l'Ouillat ouvert.  A voir le relief, je n'aurai jamais pu y arriver hier soir. Départ brumeux mais la chaleur revient vite.  Je n'en peux plus, pas assez récupéré cette nuit ou j'ai mal dormi. je décide donc de m'arrêter et abandonner au Perthus. Il est midi.  Il n'y a pas de gîte, juste un hotel que j'ai trouve le moins cher, je vais boire encore des bières, de l'eau, bref j'ai soif. je me renseigne pour un départ,bref tout est prêt pour arrêter cette rando, puis la nuit passant, le lendemain, du coup, ca allait beaucoup mieux, du coup, j'ai commencé à revoir ma copie, j'ai refait la découpe du parcours prévu pour des étapes moins longues, le moral est revenu, et après une journée de récup à glandouiller, repris à manger, ben le lendemain, après deux nuits à l'hôtel, sur le départ de bonne heure.
    - Hotel chez Grand Mère (sur le GR presque en sortie de la ville)
      63 euros sans repas, n'assure le repas que le midi
      chambre avec télé, mais sanitaires sur le pallier, ptt dej inclu, mais pas terrible, pain de la veille, dur
      donc deux fois, ça explose le budget plus toutes les boissons, plus les repas pris au kebab

jour 03 le 12/07/2016 toujours au Perthus


même punition, même motif, repos complet  ;-)

jour 04 le 13/07/2016 du Perthus au refuge de l'hermitage des Salins (en Espagne)


Donc ce matin, je pète la forme, enfin, suis seul, ma coéquipière n'ayant pas voulu s'arrêter au Perthus, chose qu'elle aurait du faire puisqu'elle se sera arrêtée aussi une journée à deux ou trois heures du Perthus, mais bon, olé de même! du coup, on marchera plusieurs jours séparés, je finirai par la rattraper plus loin. Toujours un soleil brulant, relief supportable, à priori j'ai bien récupé, tout va pour le mieux. J'avais prévu de m'arrêter à Las Illas, mais il est midi quand j'y arrive, et comme tout va bien, après une pause, je continue. De très beaux sentiers de pierres, des points de vue somptueux , pour le gîte, j'y vais au hasard, j'ai trouvé personne qui puisse me dire si il existe encore, ouvert  ou pas ? il faut quitter le GR au col du Pou et descendre par un petit sentier pendant une vingtaine de minutes.
    - Gîte de l'hermitage, non gardé, juxtant l'hermitage, mais personne ne répondra, ce sont des ermites!
      au début j'ai cru qu'il était fermé, l'espèce de verrou était bloqué, à force d'insister, il a fini par se décoincer et j'ai pu entrer, un simili d'eau courante, mais ce n'est plus en état. il y a une cheminée ou j'arriverai à faire un peu de feu, après avoir été ramassé du bois et de l'herbe sèche, en fait je n'arriverai à l'allumer que gràce à une bougie que je traine à chaque rando, l'herbe n'était pas assez sèche, et je ne voulais pas bruler tout mon Pq, il y a deux marmites peu ragoutantes, j'arriverai à en laver une à peu près, il y a une source à 150m , et faire cuire mes pâtes chinoises, ah oui, en fait je n'ai rien pour bivouaquer, vous voyez le merdier, ma coéquipière devait éventuellement me dépanner, moi j'avais prévu tout en gîte, mais elle n'est plus là, donc pas de réchaud, pas de matelas de sol, pas de tente, juste un sac de couchage bas de gamme, et la bouffe que je portais un peu. A part l'évier, dégueulasse, une éponge encore plus, le reste est propre, belle table avec banc, bats flancs, lumineux, bref ça va bien. par contre j'aurai du faire du feu pour toute la nuit, au matin, ca caillait dur et il y avait une humidité horrible. Voilà donc pour cette soirée. au moins, n'ayant rien à faire je me coucherai très tôt :-)

jour 05 le 14/07/2016 de l'hermitage à Arles sur Tech


remontée pour rejoindre le GR10. fais pas chaud, mais ça va vite revenir à l'étouffant, pas d'air. toujours du relief, mais faut vous y faire, on est en montagne, et je vais pas le répéter sans cesse. pareil pour les points de vue, quand il y en a, c'est superbe. Ce matin, petite frayeur, lors d'un passage dans les fougères, j'ai entendu détaler un gros truc à quelques mètres à ma droite, je pense qu'il ne s'agissait pas d'un yéti pyrénéen mais plutôt d'un bon sanglier! heureusement, il détalera sans venir me voir.  A noter que passé le col de la Cerda, il y a une longue descente jusqu'à l'écogîte de la Palette, ça doit être sympa, réputé d'après les guides, mais ce n'est pas mon étape, tant pis.  Vous pouvez même vous baigner dans des espèces de baignoires naturelles dans la rivière, bon, faut juste aimer l'eau glacée! mais là, vu l très forte chaleur, ça doit être sympa, mais suis pas payé pour m'amuser, moâ ! donc je bois une bière mange un très bon sandwitch, et je continue hardiment. A noter qu'il y a sous le préau une gazinière pour ceux qui bivouaquent. le cadre est très sympa. Solide montée, et au final, une très sévère descente pour les genoux pour redescendre sur Arles sur Tech.
    - Hotel dortoir les Glycines
     1/2 pension, mais j'ai oublié de noter le prix, désolé !
depuis le début, je croise de nombreux randonneurs qui eux partis d'Hendaye terminent  leur rando.
Je m'étais même pas rendu compte qu'on était le 14 juillet.

jour 06 le 15/07/2016 d' Arles au refuge de Batère


Toujours un temps excellent et très chaud. grande montée puisque d'après le topo on passe de 282m à 1500m, enfin d'après les panneaux, ce serait plutôt de 489m à 1391m . On longe les anciennes installation des téléphériques qui servaient aux exploitation de mines de fer. C'est tout pourri, des longueurs époustouflantes de vieux câbles jonchent le sol sur des grandes distances. Encore au moins deux vieux pylônes, quand la pluie ruisselle la dessus, ça doit polluer grave. La encore, on s'aperçoit que la végétation a repris ses droits avalant tout. Il faut signaler d'ailleurs que certaines parties du GR sont un peu à l'abandon, avant d'arriver au refuge, on marche tout une partie au petit bonheur  la chance , suivant une simili trace, dans de grandes zones de fougères et ronces qui arrivent à hauteur d'épaules, gaffe à pas se casser la goule, ça pourrait faire très mal.  montée dure et pas trop dure par endroits. mais à d'autres aussi, ca grimpe violent .
    - Refuge de la  Batère
      1/2 pension sans la boisson , 40 euros
      Il y a un jaccuzy, donativo, si vous voulez en profiter, faut le signaler à l'arrivée qu'il fasse chauffer l'eau

C'est là, que j'apprendrai l'attentat de Nice,  plus  la disparition du copain de Denis Brognart qui présente Koh Lanta, il y a des affiches partout,  et celle d'un autre randonneur de 70 ans , mais lui n'a pas de copain célèbre, donc on en parle très peu.

jour 07  le 16/07/2016 du refuge La Batère au chalet des Cortalets


Très belle étape, points de vue, pour le chalet, attention, prenez la précaution de réserver, c'est archi plein, et si on ne m'avais pas prévenu la veille, comme beaucoup, j'aurai couché dehors, heureusement, la nuit était fraiche mais il n'a pas plu. Et j'ai du me contenter de la partie refuge, la partie chalet était complète. mais le refuge est bien aussi . Complet, c'est du au fait que de là, part le circuit pour le Canigou, donc en plein juillet, je peux vous garantir qu'il y a foule, tout l'après midi, le restau, et la terrasse ne désemplisse pas.
    - Refuge , chalet des Cortalets
      1/2 pension en partie  refuge, sans les boissons, 31 euros, le soir au repas, c'es l'usine à gaz, mais ça traine pas,       pas  d'attente , savent y faire les serveurs et cuisto !
c'est là que je vais retrouver ma coéquipière, moins rapide,  puisque je l'ai rejointe, CQFD, non, en fait elle a du faire un autre arrêt prolongé.

jour 08 le 17/07/2016 des Cortalets au refuge des Marialles


Très belle montée après avoir longé des sortes de marais, enfin d'étangs peu profonds, on aperçoit au loin le site de , j'ai bouffé le nom, enfin là ou il fallait aller se réfugier pour la fin du monde ? si vous cherchez sur internet, vous allez trouver! pour ma part, je m'en tape un peu , mais je vous le signale pour votre culture :-)  , un petit village aussi , au dire d'autres randonneurs qui semblent bien connaitre le coin, ce serait le village le plus ensoleillé de France  ?
et puis aperçu de sangliers à plusieurs reprises, pères, mères, fils et filles, tout ça trottinant doucement, pas de précipitation, doivent être habitués à voir du monde. De  nombreux passages en pierriers, mais très faciles.  Au final, deux larges chutes d'eau pour tremper vos pieds fatigués. En cours de chemin, vous passerez à la maison forestière de  L'Estanyol, une partie est fermée, mais l'autre sert de refuge, bats flancs,  c'est assez propre, et il y a l'eau à côté, et encore un autre  refuge, je n'ai pas vu l'intérieur, mais ça semble tout neuf, ou rénové,  le refuge du Pinateil,
donc ce soir arrêt au:
    - Refuge de marialles
      1/2 pension sans les boissons, 40 euros

jour 09 le 18/07/2016 de Marialles à Mantet


Encore une très belle étape, temps, paysages, tout est ok ! arrivée au col de Mantet après une longue montée depuis Py,
a noter: en gros une demie heure avant PY, (épicerie et petit restau sympa, c'est la même personne très gentille qui teint ce lieu), . Donc avant PY, il y a un carrefour avec un petit parking, c'est  très mal balisé, normalement c'est tout droit, gaffe à pas vous égarer, la croix rouge et blanche est sur un panneau d'interdiction aux véhicules motorisés à votre main droite, croix peinte à 50 cm du sol dans l'herbe, invisible, alors que le chemin longe  cette voie forestière sur 50m sur la gauche, on dirait juste un passage animal, en s'enfonçant dans les buisson puis part sur votre gauche.  Puis ensuite, après une longue marche avec grande montée dans les bois, vous arriverez au col de Montet,
à noter au loin, le soir on entends des cris de marmottes, ou sont elles, ? ce soir dodo au:
    - Gîte de la Cavale
      1/ pension 40 euros, sûr, mais  me semble t'il avec le vin, me rappelle plus, donc à voir ? et puis vous êtes pas obligé de vous saouler le trognon, zut !!

jour 10 le 19/07/2016 de Mantet au refuge de la Carança


Chaleur torride, étape difficile par le relief, le lavage du soir se fera dans le torrent à proximité du Gîte, c'est complet, et je dormirai sous une tente prêtée par le gite ainsi que d'autres randonneurs, le refuge en fait a très peu de places, d'ou le prêt de tentes. c'est sympa, bon , j'ai pas de matelas de sol, et le lendemain sera dur pour les hanches vu que je dors sur le côté. A noter que les  WC, à sec, écologiques, au fond du jardin, si je puis dire, faudrait pas être pris d'une envie subite en pleine nuit, je vous dis, égarement , pas de lumière, pataugeaille, et quand enfin vous trouvez la cabane salvatrice, ben, vous avez fait dans la culotte puis après, faut .... revenir au lit :-) ,  le matin, ce sera la queue, mais c'est dans la bonne humeur, tout le monde est patient, c'est à signaler, pas de grincheux. 
    - sous la tente, WC au fond du jardin,  en 1/2 pension 28 euros,
      ah que ça fait du bien des tarif comme ça !

jour 11 le 20/07/2016 de  Carança à Planes


Des circonstances imprévues feront que l'on s'arrêtera à Planes, alors qu'on devait aller un peu plus loin. mais ce n'est que partie remise!
Etape toujours sous la chaleur et reliefeuse, assez difficile. grosse montée dès le départ, mais vous commencez à être habitués, mes cocos depuis le temps que je vous le dit, qu'on monte et descend sans arrêt. Le ciel commencera à fondre à l'arrivée au gîte d'Ory à Planes, avec piscine ,chauffée s'il vous plait et gratuite, et au repas, un excellent couscous. Enfin ce soir là! mais le monsieur est oriental et donc je suppose qu'il a des spécialités de chez lui.
    - Gîte d'Oury, désolé, je vais vous la refaire, j'ai oublié de noter le prix, mais je dirai que la 1/2 pension était de l'ordre de 40 euros 

jour 12 le 21/07/2016 De  Planes à , ça ne vous intéresse pas!

juste à savoir, qu'à Planes vous avez une gare, et vous allez prendre le petit train jaune, un vieux train d'antan, exceptionnel, encore des wagons avec banquettes en bois, ou à l'air libre, tout un programme, 


et pour la suite de ce GR 10, il vous faudra attendre????




2 ème partie départ Atlantique 2019






2 ème période sur le GR 10, la 1 ère avait été en juillet 2016, au départ de Banyuls pour arrêter à Planes

Cette 2 ème période, du coup, va se faire dans le sens le plus usagé des randonneurs, au départ d'Hendaye, je m'arrêterai à Cauterets pour raison d'abandon mécanique, les genoux ne sont plus aptes à de tels reliefs, l'idée première avait été d'aller jusqu'à Bagnère de Luchon, voir même un peu plus loin, il n'en sera donc rien, mais l'âge de votre serviteur commence à lui jouer des tours!

donc:

Jour 00 mardi 25 juin arrivée à Hendaye


Arrivé à la gare, y a déjà une dizaine de randonneurs, sac sur le dos,  qui s'emmanchent vers la plage pour rejoindre le point de départ au vieux casino un peu style mauresque. Et ensuite les bivouaqueurs commencent à tracer la route. Il fait une chaleur torride, c'est la canicule. c'est terrible. ça promet!

dormi à la pension  Atlantis
 55 euros la nuité
sans rien, même pas les draps en sus. possible de cuisiner et machine à laver. Par contre, ça m'a déplu, même tout seul pour une nuit vous devrez payer par chèque ou en liquide une caution de 200 euros qui vous sera remboursée lenlendemain matin si tout est intact

jour 01 le 26/06 de Hendaye à Olhette


Départ dans la grisaille, mais température idéale pour marcher jusque vers 10h. c'est la canicule et on va souffrir jusqu'au soir. Vous avez aussi noté que l'on parle donc du GR 10, traversée des Pyrénées d'Ouest en Est ou inverse. je vous ferai pas le coup de vous décrire le relief sans arrêt, mais tout les jours ce sera du costaud. Rien de significatif pour cette étape, apercevra 2 vautours qui n'ont même pas peur ! 1/2 h de perdue à grimper et redescendre suite à  une erreur de chemin. Arrivé au col d'Ibardin, vente alcool et tabacs, restau, j'ai un malaise, insolation ou ? longue pause de 2h avant de repartir. Le final sera très dur, mettra 2 heures de plus que le topogide et j'étais le dernier. l'unique gîte dans le village est complet, heureusement il y a une petite cabane très sympa, le poprio du gîte m'autorisera à y dormir,  ce qui m'évitera d'avoir à déplier la tente, et j'en suis soulagé vu la fatigue déjà au bout de ce 1er jour!

gite le Grosi nom à vérifier ?
je n'ai pas plus de renseignement, ni son Numéro de téléphone ? désolé
cabane + repas + sanitaires + piscine  et 1 bière 29 euros et le patron est très sympa

vous ne trouverez ce gîte ni sur le topoguide ou autre support, le patron n'a pas besoin de publicité pour remplir son établissement depuis des années. Quand vous arriverez à l'entrée d'Olhette, il faut aller jusqu'à l'entrée du village, vous le verrez sur votre gauche, il y a un panneau

jour 02 le 27/06 de Olhette à Ainoha


Départ à 7h pour faire la montée vers la Rhune,( mais sans y monter , passe juste au pied )donc pour éviter la forte chaleur considérée comme le pic de la canicule. A part cette montée, le relief est moins dur. Mais l'étape est longue. Quelques pauses s'imposeront, à peine 1km avant d'arriver, malaise comme hier !

ce soir au camping et tente,
emplacement plus 1 bière 11, 50 euros. il y a une petite épicerie

jour 03 le 28/06 de Ainoha à Bidaray


étape dure, pas pour certains, mais pour moi si. Un point à préciser, un peu plus loin que le col de Méhatché, vous bichez, du gazon tel qu'on aurait envie d'enlever ses godasses, mais calmez vous, quand vous allez arriver sous le vol de vautours qui tournoient au dessus de vos têtes, au col d'Espalza, ben finie la rigolade, commence la dure et longue descente le long de la falaise vers Bidaray, alors si vous êtes comme moi, pourri des genoux, sensible au vertige ce que je ne suis pas, quelques passages avec cables pour se tenir, et ça tourne à la galère, alors oui, comme vous diront certains, c'est facile, nous on la monte ou la descend en petite foulée tous les dimanches matin avant l'apéro!   ben réfléchissez à vos capacités, à votre forme, sportive ou canapé, et suivant la météo, parce qu'il n'y a aucun point d'ombre et pas de point d'eau. et ça dure plus d'une heure ! moi j'aime mieux vous prévenir, après vous disposez. Et pis la fin se fait sur goudron, peu avant d'arriver, un petit chemin de rocailles qui grimpe en sous bois peut vous éviter de terminer sur le goudron. mais je suis trop destroyed, et je finis, un peu plus long, mais par la route! ce soir

gite paroissial
chambrette indiv + ptt déj 21 euros

jour 04 le 29/06 à Bidarray


J'en peux déjà plus, donc journée repos et récupération, dommage le temps est brumeux, à 10h c'est toujours bouché, ça aurait été l'idéal pour marcher, l'étape est trés reliefeuse

jour 05 le 30/06 de Bidarray à St Etienne de Baigorry


Départ matinal à 6h30 dans la brume pratiquement jusqu'en haut au col d'Iparla . Après ça se dégage, et on a une vue splendide, on se croirait sur une île au milieu de la mer , c'est magnifique!  encore une fois, attention!  certains passages seront  délicats pour des vertigineux. Certains endroits,  il faut même s'aider avec les mains pour monter ou descendre . Quelques moutons  errent sur l'alpage. Aujourd'hui il fait une température agréable, fraiche bien que très humide , ça goutte partout mais au moins ça change.
Longue promenade de hauts et de bas sur les nuages le long des crêtes. C'est superbe, on est au dessus des nuages, certains pics sortent comme des îles sur la mer.
Beaucoup de promeneurs à la journée, on est dimanche!
Et puis faut attaquer la très très longue descente, mais à part le début, le reste est assez souple pour finir sur du goudron.

ce soir gite Gaineko karrikan
33 euros 1/2 pension sans boisson et c'est très bien

le jour 06 le 01/07 de st etienne à Kascoleta

prévu à Estérençuby au départ, vais pas étaler les problèmes au gîte ou à l'hotel de ce village, juste avant au bord de la rivière, je vais faire simple, des cons , j'ai donc dû poursuivre au gîte plus loin, Kascoleta,  et j'y ai été gagnant !

Départ dans grisaille normale depuis 2 jours, même à Manhoa, 1021 m, c'est le brouillard et il est difficile de trouver les balises et on voit rien du paysage. Brouillard qui finira en pluie légère en fin d'après-midi. Etape longue, à priori 34 km, mais j'avais une forme d'enfer, et comme dit plus haut, la colère en fin m'a fait voler! .  Beaux reliefs mais très faciles. Au départ de  de Saint-Étienne, ça monte assez raide et s'atténue rapidement.  Ll'arrivée à Saint-Jean-Pied-de-Port, lamentable, les 3 ou 4 derniers kilomètres sur du goudron, passer Saint-Jean-Pied-de-Port, on continue sur le goudron encore un certain temps. Aujourd'hui les  descentes sont très longues mais très faciles pour les genoux. Quelques survols de vautours agrémenteront votre balade. Croiser un groupe de cavalières qui se rendaient à la mer. Rencontre avec un restau à vautours, petit enclos grillagé, il y avait des vieilles carcasses, juste la peau et les os, mais les vautours, aucun, certes ils ne volent peut être pas toujours dans le brouillard, mais je pense plutôt qu'ils ont l'impression d'être pris pour des cons, qui voudrait juste de vieilles peaux et d'os sans un morceau de barbaque!

ce soir gîte Kascoleta
1/2 pension gîte 35 euros
très bonne ambiance, et bien magé, très bon accueil

le jour 07 le 02/07 de Kascoleta à chalets d'Iraty col de Bagargiak


Brouillard assez épais par moment, pas facile de trouver les balises pour monter au col d'Irau. Passer les 1100 m, on se retrouve sur une mer de nuages sous le soleil. Beaucoup de moutons, on entend les clochettes sans les voir. Attention dans la descente en bas, le chalet Pedro fermé le mardi. Continue vers le col de Bagargiak. ce soir aux

chalets gîte étape d'Iraty
15 euros la place dans une chambre à 2
restau à ? suivant vos consommations
attention, préférable de réserver et le restauest  uniquement sur réservation

dommage ptt déj trop tard à 8h30

jour 08 le 03/07 de Bagargiak à Logibar puis Larrau


Le départ étant en altitude, on est au dessus des nuages. Montée  parmi les palombières. Errance sur les crětes. Ca devient un peu rasoir de ne pas voir les vallées d'en haut. Ca finira quand même par se dégager et enfin on aperçoit  les paysages du bas. Très très longue descente vers Logibar. Heureusement pas trop de caillasses. Lle gîte est archi complet , et pas de zone de bivouac!  arrêt boisson et renfourche les bâtons pour revenir en arrière de 3/4 d'heure à Larrau, montée tout du long pour revenir au camping de Larrau. A refaire en plus de l'étape de demain. Désespérant, le lendemain, des marcheurs me diront qu'il y avait encore quelques places, comme d'habitudes, des connards qui réservent et n'annulent pas, toujours ce manque de civilité!!!

camping de Larrau à l'entrée du village,
emplacement sans électricité 10,50 euros, habituellement 7 ou 8 euros

vendent quelques produits de dépannage, et il y a une épicerie à 300m plus loin
j'ai pas apprécié, une dose de sirop grenadine + eau  du robinet 2 euros!!


jour 09 le 04/07 de Larrau à sainter Engrace


Etape longue et vigoureuse. Faut partir tôt tous les matins à la fraiche, dès 10h ça devient insupportable. Il n'y a pas de brouillard et on voit enfin les vallées. Grandiose. Toujours quelques superbes rapaces. Un peu de monde. Et bien sûr toujours les moutons. J'ai eu droit à une superbe gamelle dans la boue, 1 /2 heure de nettoyage dans un petit ruisseau! très longue descente, dont une partie dans des drailles humides sous bois. Taons et moustiques se réjouissent de votre passage. ils en profitent pour saisir, eux aussi, leurs taxes, ils vous pompent votre sang ! un peu de goudron aujourd'hui. Arrivée au

gite de St Engrace
1/2 pension en bivouac, 33 euros,
 c'est cher ! pour bivouaquer alors que c'est ma tente qui sert!.
gîte complet comme hier soir

à noter que 3 ou 4 km avant l'arrivée, vous pourrez pour les plus courageux, mais eux partis de Logibar, 3 km en moins, et bien sûr, tous les vacanciers dans le coin visiter les ravins. Moyennant finances, c'est payant!

jour 10 le 05/07 de st engrace à Arette la Oierre St Martin


Etape courte mais assez violente, très chaud, qu'en montée. Belle remontée par un ravin étroit, puis les alpages sous un concert de clarines. Les vaches et veaux pullulent sur l'alpage,  vu qu'un seul troupeau de moutons, amusant, ils étaient en attente le long de la route goudronnée heureusement très peu fréquentée,  sous l'oeil des chiens, pendant que le berger buvait dans un tout petit bar, vous dis pas le convoi quand tout ce petit monde a repris le départ !, les abreuvoirs à vaches, de sources locales sont approvisionnés d'en bas. Donc si vous arrivez au dehors des heures de remplissage, pas de pot, c'est vide !
vous pourrez acheter du fromage au col de la Pierre St Martin en plein sur le GR. Et enfin arrivée au

refuge Jeandel.
1/2 pension 36 euros sans boisson
le refuge des recommandations, affichées partout, faites pas çi, et encore moins ça , etc....

jour 11 le 06/07 de St Martin à Lescun


Le début de l'étape est plutôt très sympathique. Je me trouve nez à nez avec ma 1ère marmotte pyréenienne. Puis une longue errance dans une zone de barres rocheuses, pinèdes, caillasses, pierriers etc.... C'est grandiose, parfois pénible pour mes genoux, un passage assez raide avec des cables, mais j'ai toujours pas compris la logique de ceux qui les ont posés, c'est inserviable ? si les chemins du seigneur sont impénétrables, ses cables aussi ! Il reste encore un peu de neige par endroit. ce soir sera au

gîte du Pic d'Anie
1/2 pension 40 euros avec apéro et vin compris. très bien

jour 12 le 07/07 de Lescun à Etsaut


Gros brouillard très humidifiant en grande partie de la matinée ou on finira par avoir du soleil sur l'alpage. Etape courte et assez facile. En arrivant à l'alpage, un panneau vous avertit que vous êtes susceptible de tomber sur des patous. Mode d'emploi et tout le toutim. Très longue descente facile. ce soir au

gîte de la garbure
1/2 pension à 34 euros avec boisson
par contre, pas suffisament de wc et de douche, faut faire la queue !

jour 13 le 08/07 de Etsaut à Gabas


Départ dans les orages. je sais, c'est pas sérieux! mais ils sont au loin, sauf quand on sera à mi-chemin du chemin de la mâture. Après ça pètera pas loin à chaque fois. Ce sera toute la journée orages, pluies, grêles entrecoupées de quelques rayons de soleil!
A noter aussi, une partie de taons déchainés. Puis l'alpage, chevaux, vaches, moutons, heureusement pas sur le chemin, les patous m'ont ignoré et ça me va très bien. Montée très longue vers le col d'Ayous, de magnifiques et grandioses paysages, mais déprimant, à chaque fois que je me crois en haut , ben que non, nouveau virage et nouvelle montée ! on entend les sifflements de marmottes, mais ne les verra pas.
Par contre une fois en haut, l'autre versant, ça vous coupe le souffle, vue sur les lacs plus bas, sur le refuge, vous en crachez vos poumons, incrédible, amazing comme diraient les anglais ! Beaucoup de marcheurs s'arrêtront à ce refuge pour le coucher et lever de soleil. Et puis commencera la très longue descente vers Gabas. Pour finir, les 4 derniers km sont sur route goudronnée, gaffe, on n'y a pratiquement jamais de banquette pour se garer quand vient une voiture. Ce soir, n'ayant pas trouvé de gîte, il n'y en a pas sur le topoguide ni sur internet, alors qu'il y en a un, un chalet CAF, ben du coup ce sera

l'hotel Biscau
1/2 pension à 60 euros sans boisson
un peu cher mais bien. La propriétaire ne veut plus être sur le topoguide, trop de randonneurs incivils et surtout destructeurs, principalement quand en groupe
un poil hors GR, je dirai 300m

jour 14 le 09/07 de Gabas à Gourette


Une étape qui aurait certainement pû être superbe s'est transformée en galère. Jusqu'à 11h, temps gris et brume. A 11h, début de pluie mais encore supportable. Après ce fut une autre histoire! très grande montée vers la Hourquette d'Arre , brouillard, pluie, névés, pierriers, et sans les lunettes, trop de pluie et condensation, j'y voyais plus rien. Heureusement presque en haut, j'ai la trace GPS, parce que dans les névés et avec le brouillard, impossible de trouver le balisage ! . une fois passé le col, commence la très longue descente, et dans ces conditions, ça se transforme en galère et je pèse mes mots, suis trempé jusqu'à l'os, croyez moi, on regrette son canapé et sa cafetière nexpresso, on se demande ce qu'on fait dans ce gourbi, on appelle sa mère, rocailles glissantes, marches, pierrailles, c'est très dur, jusqu'à ce que enfin, on finisse par apercevoir Gourette. Ce soir après une journée très dure, sans aucun doute la plus dure, depuis Hendaye,  due à une météo à la con, une heure après l'arrivée, j'ai encore la peau des mains gonflée, les mains gelées, et l'eau qui suinte! hé bien ce soir en dédommagement ce sera à

hotel le glacier
en 1/2 pension à 60 euros sans boisson
très bien

jour 15 le 10/07 de Gourette à Arrens Marsous


Petite étape reliefeuse toujours mais sous le beau temps. Ca change d'hier! la montée au départ de Gourette n'est pas vraiment enchanteresse, c'est mon avis, par contre après avoir passé le 1 er col, c'est très beau et ce, jusqu'à la fin, ou après une très longue descente très facile , une pure jouissance pour les genoux par rapport à hier, au final, vous attend un peu de goudron. ce soir

centre vacances la salamandre
1/2 pension à  sans les boissons, oublier de noter le prix, mais le gérant et ses aides sot très sympa, le gîte par petits box tout aussi sympa. A 8 minutes du village

jour 16 le 11/07

journée repos à Arrens toujours au centre la Salamandre, encore un gros coup de fatigue, besoin de récupérer!

jour 17 le 12/07 de Arrens au refuge d'Ilhéou


Temps parfait pour démarrer cette longue et sportive étape. Au début ça monte longuement, assez fastoche, jusqu'au lac d'Estaing, magnifique, et plein de monde et camping car. Petit restau sympa et on y a bien mangé. Et après, les choses sérieuses commencent, très longue montée pour le col d'Ilhéou, début en sous bois et rapidement en plein soleil, c'est magnifique, mais ça se paye, la fin grimpe dur, c'est long, long ..... J'apercevrai de loin ma 2 ème marmotte, mais plus sauvage que la 1 ère. Et puis enfin la longue descente pour le refuge d'Ilhéou, juste au début de la descente, ils font des travaux dans une cabane de bergers, tout est monté par hélico qui est y est encore posé. Gite très convivial. Merci à Gilles qui gère tout ça de main de maître. Seul regret, pas de lit, mais des bas-flancs avec matelas qui se touchent. J'aime pas ça, en plus il fait très chaud toute la nuit, et comme d'habitude, les frileux qui ont des couvertures à disposition ferment les fenêtres et font ch.er les autres qui eux ne peuvent rien enlever!

refuge d'Ilhéou
1/2 pension 40 euros, enfin il me semble vu que j'avais des boissons en plus ?

jour 18 le 13/07 du refuge à Cauterets


Très beau lever de soleil en montagne. Très longue descente pour Cauterets sous le regard des touristes dans les oeufs remonte piste. Juste après avoir quitté le refuge, je dois traverser un troupeau de moutons, impossible à contourner, trop étendu, et le relief s'y prête pas, je serre les fesses par hantise des patous, heureusement, j'en verrai aucun alors qu'hier soir, ils étaient deux! au dire du refuge, 1 vieux con et 1 jeune tout fou, c'est vous dire si j'étais rassuré quand on a assisté à l'éparpillement du troupeau le matin pendant qu'on finissait de se préparer. Pourquoi Cauterets, parce que j'en peux plus, les genoux me font mal même quand je ne marche pas. Alors , à contre coeur, j'ai décidé d'en rester là.


Remarque: Je le dis tout de suite, il est fort probable que mon GR 10 s'arrêtera à cette 2 ème période, je ressens la fatigue depuis le début de l'année sur mes 2 randos précédentes, l'âge malheureusement commence à s'en mêler, les genoux ne supportent plus ces reliefs trop violents. Il va falloir me cantonner à des trucs du ....................... 3 ème âge !!!















  

  
  

  
  

  





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.