Bienvenue

Pratiquement toutes les photos de mes randos ont été basculées sous forme de diaporamas sur Youtube, certaines restent encore sous forme de galeries, tant que ça marchera comme ça, elles y resteront.

- Internet Explorer peut bloquer sur certains sites d'hébergements des photos. Utiliser de préférence Firefox ou autres navigateurs.

- les sites d'hébergement de photos ne sont pas toujours au mieux de leur forme, prenez le temps. Je ne suis pas responsable de leur comportement parfois bizarre et erratique en mode diaporama !!

Merci de votre compréhension.


à noter: le petit dejeuner est obligatoire en chambre d'hotes decret num 2007-1173 du 03/08 relatif aux chambres d'hotes, pour moi c'est de la vente forcee
attention ne s'applique pas aux hotels

Le Puy en Velay, St Jacques de Compostelle 2018


jour 00 mardi 14/8 arrivée au Puy en Velay


Contrairement à la première fois, ou j'avais fait ce chemin en plusieurs fois, et au début avec assistance d'accompagnement, cette fois, j'ai décidé de faire Le Puy en Velay jusqu'à Compostelle en une fois, vous aurez d'ailleurs la suite, après Saint Pied de Port  sous l'onglet "Camino Frances 2018"
je ne donne pas les distances, je vais au hasard de ma forme et je ne réserve rien à l'avance, enfin au départ, parce qu'après, ça devient une obligation pour déterminer les étapes,  et du coup, le kilomètrage,  j'en sais fichtrement rien, j'ai pas de guide!

D'ailleurs, à ce sujet, encore  une fois, je ne peux que vous recommander les guides étrangers, enfin, si vous parlez l'anglais, croyez moi, plus légers, rentrent dans les poches, qu'est ce qu'on en a foutre des photos de ce que vous allez découvrir avec vos propres yeux, et encore une fois, beaucoup plus complets pour les hébergements, j'ai en un exemple frappant en mémoire, mais je ne peux citer le nom de la ville,  pour des raisons que vous comprendrez sans problème, je risquerai des problèmes encore plus gros que ça :-) , sur un guide français bien connu, 4 gîtes, sur le "guide étranger ", au moins 12 gîtes, oui, vous avez bien lu, et le gars qui l'avait, un hollandais, lui ne réservait jamais, il a toujours trouvé quelque chose !

A noter que j'ai pas trop compris les statistiques, il semblerait qu'il y ait moins de fréquentations, hors cette année, ben mon colon, ça grouillait, pullulait, des asticots sur le cadavre d'un pélerin si j'ose dire, pourtant en marchant en journée, voyait pratiquement personne, mais les gîtes étaient complets,  comme me l'ont expliquer plusieurs hospitaliers, il faudrait en arriver à faire comme en Espagne, crédential obligatoire, et encore que même la-bas, ça se perd, parce que aux dires , beaucoup de faux pélerins, ils arriveraient en voiture, s'arrêtent un peu avant le gîte, sortent un sac à dos, des godasses de marche, se mouillent pour faire croire qu'ils ont transpiré, et se pointent la gueule enfarinée! et vous, vous arrivez, il n'y a plus de place!

Et puis tous ces pélerins d'opérette, qui dénigrent tout, qui râlent, allez en hôtels, vous n'avez rien à faire en gîte! Comme a la ferme à Ostabat ou la dame, à ma question, on mange dehors comme l'autre fois, elle me répond : non, c'est fini, des soi disants pélerins se seraient plaints d'avoir été obligés de mettre une petite laine parce qu'il faisait froid, parce qu'il y avaient des chats, des mouches, etc...  et M.rde, foutez un slip moletonné, ou vous savez le truc en thermolactile, ou en pilou comme nos grands mères, enfilez le jusqu'aux oreilles, et allez vous coucher, gâchez pas le plaisir du vrai pélerin!
De même qu'en me montrant une voiture d'accompagnement d'un petit groupe, ils étaient  encore en train de descendre leurs gros sacs, elle me disait, voyez, y a pas un 1/4 d'heure qu'ils sont rendus, et ils râlent déjà !

ce n'est plus du pélerinage, les morts du chemin doivent se retourner dans leur tombe, c'est devenu du tourisme, pourtant, eux en bavaient grave, sans doute que maintenant, dire: j'ai fait le chemin, n'a plus la même valeur que par le passé, On s'est retrouvé avec d'autres personnes qui comme moi le faisait pour la 2 ème fois, on était tous écoeurés par ces comportements, et c'est pareil en Espagne, voir pire,  même un canadien qui l'avait fait seul la première fois en 2016, donc tout récent, et qui, cette  fois revenait le faire avec sa Blonde (sans les raquettes), n'en revenait pas du changement!

Dès que j'aurai un peu de temps, je me suis juré d'écrire un article sur ce nouveau genre de pélerins ! je sens que je m'y amuserai :-))

A noter, que des WC secs, ont été installés sur le chemin, de plus très propres, ben oui, j'ai voulu me rende compte, je m'y arrêtais donc, ouvrait la porte, et zieutais, et quelque fois, le petit pipi de la matinée, pourquoi innonder une pauvre plante qui ne m'a rien fait,? malheureusement le papier n'est pas régulièrement remplacé, sont installés assez régulièrement et ça se ressent, il n'y a  pratiquement plus de papiers le long du chemin.
Hormis après Conques, plus de cabine, ou il n'y en a plus ou vraiment très peu, et on retrouve la saleté des gorets humains, c'en est pitoyable de voir une race dite évoluée défféquer n'importe ou !!!


Pour les photos, vous pourrez consulter celles de mes premiers pas sur ces chemins, version complète, en effet, cette fois, je n'ai pas voulu m'embêter à en refaire des centaines, il y a donc juste une version expurgée, voir en colonne de gauche les liens suivants en vert:

version complète des photos:

       Saint Jacques voie du Puy en Velay



      Camino Frances, Fisterra, Muxia 2014



version courte des photos:

Le Puy en Velay à Compostelle 2018



et  si on commençait!


jour 01 le mercredi 15/08/2018 du Puy en Velay à St Privat d'Allier

 Aujourd'hui c'est la fête de la vierge noire, elle sort pour une procession!
le folkrore habituel, messe et bénédiction du pélerin. Ensuite tamponnage de la credential, vu les fêtes, ça se passait dehors sur le parvis,  puis la grande braderie, le prête vous vante toute sa camelote, médailles, flyers de prières, chapelets, slips avec la croix des templiers, non je plaisante, etc...
puis ça n'a pas changé, toujours la grande montée en sortant du Puy, et l'éparpillement des pélerins commence. Si bien qu'à un certain moment, je me suis retrouvé tout seul. les plus rapides m'avaient semé, et moi j'avais semé les moins rapides!
Le premier bar rencontré, la ou la première fois, avec mon amie de rando, on s'était arrêtés boire un café est fermé! faut dire qu'au prix ou l'on avait payé ce café, c'est pas étonnant! Surtout maintenant ou le pélerin est devenu pingre, une 1/2 pension à 34 euros, ou seulement la nuit à 14 voir 15 euros, c'est devenu trop cher, pourtant ces mêmes gens vont râler parce que eux ils sont pas payés assez cher! mais bon, c'est la nouvelle société! avec toutes ses dérives, ses travers, son imbécilité, ça me désole royalement. allez passons, autrement, j'arrêterai pas .
j'avais pas souvenir qu'il y avait autant de reliefs, mais bon, c'est le chemin et il se mérite !
heureusement la canicule est finie, malgré un petit vent soutenu, il fait quand même chaud.
arrivée à St Privat d'Allier

au gîte le Kompost' l
2 bières, 1 nuité chambre de 3 + petit déj, 27 euros,
le prix de la nuité va de 14 euros chambre de 4, 16 euros chambre de 3, 19 euros chambre de 2.
ce soir ne fait pas la bouffe faut aller manger au restau en face, menu randonneur sans la boisson, 16 euros. très bien

jour 02 le jeudi 16/08/2018 de St Privat à Saugues

Toujours le beau temps. Petite montée tranquille, puis longue descente vers Mosnisterol. Une petite descente dans la forêt un peu casse genoux. On apprécie les bâtons!
Arrêt bar à Monisterol, puis c'est reparti par le pont Eiffel, et on attaque le sérieux à partir de la chapelle creusée dans la falaise. Depuis Monisterol jusqu'en haut, pratiquement 500 m de positif, enfin d'après ceux qui ont un guide, donc je répète bêtement et dégage toutes responsabilités. Cette même montée, qui lors de ma première fois sur cette voie, m'avait littéralement mis KO, l'horreur! Alors que là, invincible, montée magistrale, pas un hocket, rien vous dis-je! Après on termine sur le plateau sous un soleil ardent pour finir par descendre vers Saugues en passant devant une série de totems et une reproduction en bois de la bête du Gevaudan sur votre droite. Depuis l'autre fois, elle brille moins, l'est pas entretenue, la pauvre bête, le vernis est passé et la pluie commence à faire son travail. D'içi là qu'elle ne passe pas l'hiver, va savoir ?

ce soir gîte Espace de la Margeride, très bien et superbe.
1/2 pension 34 euros

jour 03 le vendredi 17/08/2018 de Saugues au domaine du Sauvage

Le temps a changé, pluie mais soft et quelques coups d'orage. Mais ça reste pratiquable. Cool. Etape sympa, quelques petits reliefs. Quelques chemins boisés, vraiment sympa.
Arrivée sous la pluie

au gîte le Domaine du Sauvage
ancienne bâtisse des templiers, superbe. chambre de 6 spacieuse. excellent état. repas très bon
1/2 pension 34 euros
PS: en pleine saison, réservez, tout le monde m'avait mis en garde et heureusement, c'était complet. ils sont sympa avec ceux qui arrivent trop tard, ils les emmènent en voiture dans d'autres gîtes
Par contre, 6 places bloquées par des connards qui ne viendront pas et n'auront même pas la délicatesse d'appeler pour annuler et laisser des places à ceux qui arrivent sans avoir réservé. mais on va voir ce phénomène pratiquement tous les jours! C'est devenu une plaie sur le chemin. Tous les gîtes s'en plaignent, imaginez, l'hospitalier prépare de la bouffe et ça lui reste sur les bras plus les lits vides! Donc leur méthode pour éviter celà, plusieurs commencent à l'appliquer, et ils ont raison, ils vous demandent votre numéro de carte bleue, soit vous acceptez et pas de problème, soit vous refusez et vous allez voir ailleurs, et si vous avez réservé, que vous ne venez pas sans prévenir à temps, ils vous débitent. C'est malheureux d'en arriver à ce stade, mais c'est toujours pareil, vous payez pour les mauvais!

jour 04 le samedi 18/08/2018 du Sauvage à Aumont-aubrac

Un gros brouillard est tombé pendant la nuit. il se lèvera 1h après le départ.
Belle étape, chemins ombragés dans les forêts, quelques beaux points de vue et  quelques reliefs. Toujours ces vaches aux si beaux yeux de bohémienne.
ce soir halte

au gîte les sentiers fleuris. Très propre. Bien, mais plus cher que les autres,
 43 euros en 1/2 pension
PS: réveillé très tôt par l'installation du marché dominical

jour 05 le dimanche 19/08/2018 de Aumont à Nasbinals

Meilleur temps qu'hier, le soleil est revenu et ça va cogner sur le plateau de l'Aubrac et pas beaucoup d'abris. Beaucoup de goudron, les pieds chauffent. Mais c'est superbe.
J'y comprends rien, ces 4 premiers jours, malgré le grand nombre de pélerins, je ne les croisais qu'au gîte à l'étape, aujourd'hui, ça grouille! d'ou viennent ils ?, du tour des monts d'Aubrac, on est dessus, d'Urbain V, on est dessus, du St Guilhem, on est dessus ? sais pas ?
enfin c'est la course pour trouver une place pour le soir,  c'est pratiquement complet partout.
Trouverait finalement une place

au gîte Lo Fenador , récent et après moi, il reste plus qu'une place à midi !
12,50 euros, coin cuisine, pas de repas ni ptt dej, mais très sympa, pot apéritif d'acceuil, boutique à 300m

jour 06 le lundi 20/08/2018 de Nasbinals à St Colme d'Olt

Beau temps très chaud. Atroce. On est en période officielle de canicule et ce pour plusieurs jours. Jusqu'à St Chely d'Aubrac, pas difficile, après, ça se corse! Après Aubrac, montée, et grande descente infernale jusqu'à St Chely d'Aubrac, infâme dans les drailles, chemins de caillasses, ça roule sous les pieds, ça tord les chevilles, on a même assister à une gamelle magistrale, un jeune avec des godasses à la con, heureusement, à priori que des écorchures diverses, mais je pense que demain il y aura des bleus et voir quelques douleurs.
Après St Chely, encore une grimpette et on recommence une très longue descente, drailles, goudron , et enfin une autre montée par les Rozières, à 3 km avant l'arrivée, à 10 m en contrebas, dans une cour, vous pouvez vous arrêter prendre quelque chose, gâteaux, boissons fraîches diverses, par contre un perrier menthe 3 euros, j'ai trouvé très cher et je peux pas dire que j'ai trouvé l'accueil très chaleureux. Puis descente finale vers St Colme d'Olt.
Ce serait à refaire, je couperai en deux, trop difficile, enfin pour moi !

Ce soir arrêt au gîte du Roumiou
dans la citadelle, accueil très sympa, très bien mangé. Des hôtes vraiment  attentifs à votre bonheur
la 1/2 pension pour 35 euros

jour 07 le mardi 21/08/2018 de St Colme à Estaing

Toujours du soleil, bonne montée et descente  vers Espalion. Très beau ! étape courte de 19 km mais assez violente par le relief. Pas vraiment récupéré d'hier. Je vais me casser la figure peu après la petite chapelle rose après Espalion, une bonne montée et un truc qui depuis le temps que je marche ne m'était encore jamais arrivé! la boucle du noeud de la chaussure gauche s'est prise dans le crochet inoccupé de la chaussure droite, ha c'est radical, stopé en plein vol, imparable, la gamelle, la vraie, du coup douleur dans l'épaule et le poignet droit. Verrai demain matin comment ça ira à froid ?
fin d'étape pénible, du goudron en plein soleil avec une montée avant de redescendre et de découvrir le château d'Estaing.

ce soir au gîte chez Anne à 100 m après le pont. Très sympa. Coin cuisine, ne fais pas la bouffe, juste le petit déj. 20 euros
à noter: par contre vous êtes à deux pas du bistrot, et ça peut être assez bruyant ! donc vous faites quoi, ben, vous allez aussi boire un coup, mais faut rentrer tôt pour ne pas réveiller les ceusses que eux dorment

jour 08 le mercredi 22/08/2018 d'Estaing au gîte du Soulié

Au dire des Estaingnoles, à priori nom des habitants d'Estaings, moi j'avais toujours cru qu'ils s'appelaient les Giscard, non,! ? l'étape d'aujourd'hui serait plus belle par le GR6, donc, en repassant le pont, on s'embringue la chapelle  à gauche et c'est indiqué: GR 6, y a plus qu'a suivre jusqu'à la croisée qui vous remet sur le Compostelle à Campagnac. Au début on marche le long des crêtes, ce matin les brumes sont dans les vallées de chaque côté, c'est grandiose cette impression de survoler les nuages, par contre, j'ai rien vu des vallées!
Attention: il y a 2 passages à gué, si à cette saison, ça ne pose aucun problème vu la sècheresse, je pense qu'en temps de pluies abondantes, il faudra déchausser, pas de pierres, ni de passerelles !
Quelques parties minimes certes, pour des gros gabarits sont un peu limites, c'est pas large pour passer, on se fait griffer par les ronces.
Et pas mal de goudron, je ne me rappelle plus mon premier passage en suivant le compostelle pour vous établir la comparaison, désolé.
Mais ça reste sympa, beaux paysages.
Ce soir dormi

au gîte du Soulié, en plein sur le chemin. Impossible à manquer, tables et chaises à l'entrée avec thermos divers. Cadre superbe!
A noter: qu'une fois au gîte on trouve boissons fraiches et.même bières. Donativo
A noter: Un peu de religion, quelques prières après le repas dans la petite chapelle, présentation des convives, si vous le souhaitez vous dites pourquoi vous faites le chemin, attention, les gars, vous ferez la vaisselle pendant que ces dames font la causettes, c'est la tradition,  très sympa et convivial même pour un mécréant comme, athé! mais rien n'est obligatoire, à vous de voir!

jour 09 le jeudi 23/08/2018 du Soulié à Noailhac

Comme d' hab, fait beau, l'étape n'est pas très longue, arrivée vers 12h30 à Conques et paf, chute dans une embuscade de fin de rando pour beaucoup qui s'arrêtent içi. Larmes et pleurs, lamentations, échange de numéros de phones, quelques boissons, et hop en route pour la suite. Sauf qu'après les boissons, la montée vers la chapelle Ste Foy est assez pénible, et les orages grondent. Heureusement pas de pluie. Arrivée au gite communal, faut descendre chercher la clé au restau du village et remonter. Y a un quidam dans le gîte mais veut pas pas nous ouvrir cho con! faut qu'on aille au restau qui nous renvoie en nous disant qu'il n'y a qu'une clé!

gîte communal de Noailhac, pas noté le prix, désolé, mais je dirai dans les 10 euros, il y a un coin cuisine mais on est redescendu au village, 300 m maxi pour manger au restau. Surtout que le gars a été sympa, il avait un repas de 300 personnes, mais il a accepté quand même de nous faire un diner. Par contre, la musique, il avait un orchestre complètement nul, d'ailleurs ça dansait pas beaucoup!

jour 10 le vendredi 24/08/2018 de Noailhac au gîte la Mariotte à Montredon

Petite montée pour démarrer sous un temps grisâtre, à la sortie du village, on tombe sur un gars qui fait son pain, sur votre gauche, un vieux four sous un toit, il nous en offre un gros genre pain de 2 comme on disait autrefois,maintenant je sais pas, y a plus que des baguettes pratiquement partout,  et il veut pas qu'on le paye, sympa, puis on entame une très très longue descente pour Decazeville ou l'on arrive sous quelques gouttes de pluie. Quelques beaux points de vue quand on marche sur les crêtes.
Bonne remontée après Decazeville, petit arrêt sympa à la cantine chez Corinne la Pélerine à Livinhac le Haut, une petite cour juste avant d'arriver sur la place sur votre droite, qui vous sert des produits bio, des tas de jus de plantes etc...  c'est son 3 ème jour depuis son ouverture, n'hésitez pas à vous arrêtez pour l'aider à démarrer et c'est aussi une grande marcheuse, et  quand je dis GRANDE, c'est qu'elle a quand même été jusqu'à Rome et autres lieux saints, et là, elle se prépare pour aller à Jerusalem, malgré quelques pays dangereux à traverser, Je salue son courage, je ne le ferai pas! . Redescente et encore montée pour arriver à Montredon
sur le chemin à 200 m après la charmante église, ou il y a une pause pélerins, boissons chaudes, thé, café, sirops et eau fraîche pour ceux qui ne font que passer

au gîte chambre d'hôtes à la Mariotte, sur le chemin, vous passez devant
1/2 pension pour 40 euros.
mais alors, une soirée exceptionnelle, une des meilleures, peut-être même la meilleure du chemin, on n'était pas nombreux mais que des gens de bonne compagnie, les proprios d'une gentillesse exemplaire, on a rigolé comme des bossus, ça aussi, j'ai toujours pas compris pourquoi on dit rigoler comme des bossus, même les pas bossus peuvent rigoler, non ? et puis de la grande cuisine, pas des trucs de pélerin ;-)) , et vin à volonté, le proprio nous dira même qu'on peut boire sans crainte, il y a encore 150 l à la cave! 
A noter, ne figure pas sur les guides anciens, qu'il y a un donativo juste 100m avant. Mais je ne le savais pas ! mais c'est pas grave, vu la soirée, je ne regrette rien

jour 11 le samedi 25/08/2018 de Montredon à la Cassagniole

c'est juste 4 km après Figeac au relai St Jacques
Etape facile sous quelques averses. Rencontre avec maître héron sur les bords d'un étang au niveau bien bas . Etape normale verte, passage avec arrêt à Figeac. Etant déjà passé, je n'en ferai pas de cas.

Arrêt au Gîte du relai St Jacques
34 euros la 1/2 pension
petite épicerie et cuisine. boissons fraiches au frigo à 1 euro

jour 12 le dimanche 26/08/2018 de la Cassagniole à Cajarc

Toujours trés sympathique, je n'avais pas gardé souvenir de ces paysages.
Encore un peu de monde.
Arrivée par les hauteurs avec vue sur Cajarc

Ce soir au gîte du pélerin 12,50 euros la nuité + 5 euros ptt déj. possibilité cuisine. repas au restau en ville à 150m assez cher

jour 13 le lundi 27/08/2018 de Cajarc à Bach  

étape longue, du beau temps chaud et étouffant, de beaux endroits, les chemins sont sympas mais pas le revêtement de caillasses de la taille d'un oeuf ou de 2 oeufs avec des arrêtes, ce soir j'ai les dessous de pieds en compote!

Chambre d'hôtes la Grange St Jacques, ne font que 1/2 pension. En chambre indiv 1/2 pension 59 euros pour moi. La partie gîte est complète, autrement 35 euros la 1/2 pension
Boissons fraiches à 1,50 euros, pas de cuisine, rien au village

jour 14 le mardi 28/08/2018 de Bach à Cahors

Etape sympa, assez longue , du goudron,  très forte chaleur. Dès que l'on quitte les ombrages, C'est pénible !  longue descente vers Cahors ou vous passerez devant l'octroi du pélerin. Mais connaissant déjà, je ne m'y arrête pas. A priori, ça n'a pas plu, il y a un quidam qui est sorti et me gueulait après, mais j'ai fait comme si de rien n'était. Le tampon, je m'en fous, je ne demande plus les compostella depuis longtemps, le verre d'eau avec genadine ou menthe, c'est pas mon truc, et leurs statistiques, ils ont juste à faire +1 sur leur feuille et on n'en parle plus !

Ce soir gîte du papillon vert.
nuité 12, 50 euros. Fait quelque fois la bouffe si assez de réservations.
Gite sympa mais pas très commode, on était au 4 ème étage, la douche au 2 ème, faut redescendre, remonter, la cuisine au 1 er. C'est un peu le coup de l'escargot qui monte 2m par nuit mais qui redescend 1m par jour, je vous dis ça, parce que c'est ce que ça m'a inspiré dans ma grande créativité, mais bon, je sais , vous en vous en foutez pas mal!
Faut pas oublier ses affaires en haut  ou en bas, c'est tout, parce que j'oubliai, comme beaucoup de gîtes maintenant, pour une histoire de petites bêtes désagréables, donc, vous arrivez, on vous donne un bac, vous y transvasez ce que vous avez besoin pour la nuité, et le sac reste à part, dans  notre acs, en bas, abandonné de tous, d'ailleurs, il arrive pas grandes nuits noires qu'on les entendent pleurer loin de leur maître!  !

jour 15 le mercredi 29/09/2018 de Cahors à Lascabanes

Vous quittez Cahors par le vieux pont, gaffe le petit diablotin surveille votre sortie de son oeil vigilant. Je dis ça, parce que beaucoup ne le savent pas, ne lèvent pas la tête et ne le voient  pas. Il est cramponné sur une pile du pont, en hauteur, sur votre droite . je ne vais pas tout vous mâcher non plus, vous chercherez. Ensuite la montée par les marches, que certains qualifieront de facile, d'autres moins. Tout dépend peut être de votre soirée la veille ! trop bu, trop mangé ?
Après c'est sympa mais je trouve,  beaucoup de goudron!
Quelques gouttes de pluie, d'après la météo, risques d'orage, m'en fous, suis rendu

au gîte le Nid des Anges, sans doute grâce à mon côté angélique , rires
1/2 pension 34 euros

jour 16 le jeudi 30/08/2018 de Lascabanas à Lauzerte

étape sympa, pas mal de goudron et mine de rien, aussi du relief. Après un passage à l'arrêt de Montcuq, petite cité de caractère promue à la célébrité depuis la célèbre émission du célèbre Jacques Martin et de sa célèbre équipe que les moins de 20 ans n'ont pu connaître, vous continuez à marcher. Après avoir contourner Montlauzin, une bonne et courte montée, et c'est bien connu, plus c'est court et meilleur c'est ,  :-)) . Donc je vous laisse imaginer !
Mais une fois encore, le chemin se mérite. Une bonne descente aménagée, et vous allez apercevoir Lauzerte sur une ..... hauteur que vaillemment vous allez gravir pour arriver

au gîte communal chez Corinne, très sympathique qui vous reçoit à partir de 15 heures
30 euros la 1/2 pension

jour 17 le vendredi 31/08/2018 de Lauzerte à Moissac

Temps lourd, depuis 2 ou 3 jours, petite rosée dans l'herbe. Etape encore sympa, du relief et pas mal de goudron. Dommage pour moi, en passant devant la chapelle St Sernin, la végétation a tellement poussée que je ne l'ai pas reconnue, me suis arrêté devant mais je n'y suis pas rentré, ça aurait été mon 3 ème passage, je m'en veux! ça m'a fait quelque chose après de l'avoir ratée. Quel grand sentimental je suis !

Ce soir arrêt au gîte de l'ancien carmel
la nuité avec ptt dej sans repas 21,50 euros

jour 18 le samedi 01/09/2018 de Moissac à Auvillar

normalement on devait faire 10 km de plus après Auvillar pour aller à la ferme de Villeneuve, mais la marâtre qui tient ce triste établissement en a décidé autrement. Quand je l'appelle pour réserver 3 demies pensions, pas de problème, j'ai eu le malheur de lui signaler que l'un d'entre nous était allergique au lactose, ça a été l'horreur, elle s'est lancée dans une diatribe, que l'on avait qu'à aller à l'hôtel et bouffer au restau, impossible d'en placer une et elle m'a raccroché au nez !
son irascibilité m'a été plus ou moins confirmée à l'office de tourisme . Cette personne ferait mieux de changer de travail. Je lui offre, moi, gratuitement, le carton rouge de ce chemin
Donc, petite étape plate le long du canal en grande partie sous un grand soleil.
Puis un bout de goudron, petit village, un pont et on monte pour ce vieux et superbe village d'Auvillar , s'adresser à l'office de tourisme qui gère

le beau gîte municipal. pas de repas mais cuisine bien équipée pour 12,50 euros.
Repas au village
Une question me tarabusque, pourquoi avoir fait le marché aux grains en haut sur la place, j'essaye d'imaginer les attelages de boeufs ou de chevaux pour monter les lourdes charrettes, et surtout les freins pour en redescendre, dingue ! Suis étonné, les anciens, moins glands que nos ingénieurs actuels, enfin pour certains, sur ce coup, n'ont pas été à la hauteur ? Donc quelle était la raison ?

jour 19 le dimanche 02/09/2018 de Auvillar à Lectoure

Le beau temps continue à nous accompagner. Certains, que le relief émoustille , malgré la longueur, trouveront l'étape fastoche, les autres peut être un peu moins. Il est amusant de savoir que la distance, suivant les guides, les GPS, varient de 31 à 35 km ! quid ?
Certains chemins aménagés par les communes pour vous éviter les longues portions sur les routes ont bien évolués depuis mon premier passage. Les plantations de l'époque ont poussées faisant de ces chemins de vrais petits chemins de campagne, terre, plantations et herbes. D'autres parties moins bien agencées sont des tords chevilles pénibles à marcher, mais encore une fois, le chemin se mérite. Bref, tout ça pour en arriver à la dernière montée qui vous conduira à Lectoure/

 gîte de l'étoile occitane chez Isabelle.
Ne fait pas le repas du soir donc restau ou cuisine à disposition.
la nuité avec ptt déj, 20,50 euros

jour 20 le lundi 03/09/2018 de Lectoure à Castelnau sur l'Auvignon

Etape courte et toujours ensoleillée, toujours du bitume et quelques reliefs que même moi je qualifie de sympathiques. Petit arrêt bibine à la Romieu, la ville aux chats, dont vous chercherez vous même la légende sur internet, une sombre histoire de famine, de rats, de chats.
Pour finir la petite montée traditionnelle qui vous conduira

au ģîtes des Arroucasses, à 50 m hors Gr, mais très bien indiqué, chez les très sympathiques Jeanine et André
1/2 pension 35 euros. Très bien mangé. Bar boissons fraiches. Piscine 3 euros mais c'est si bon après un petit crapahut !
c'est là qu'il y a eu 2 connasses,  oui, comment les nommer autrement, qui très tôt le matin, puisqu'elles n'avaient pas choisi de prendre le petit déjeuner,  déposent un mot sur la table  pour les propriétaires, et pour casser le gite, sale, escrocs qui exploitent les pélerins, et qui menacent de mettre leur insultes sur les réseaux sociaux, même pas eu le courage de le dire en face. Et le monsieur nous a fait voir leur mot, ça devient une plaie cette sorte de gens pitoyables. De faux pélerins qui cherchent à détruire la concurrence. Surtout que moi, et ceux qui y étaient en même temps que moi vous garantissons l'excellence, et je n'exagère pas, de ce gîte.

jour 21 le mardi 04/09/2018 de Castelnau à Montreal du Gers

Départ sous un ciel couvert. Mais ça s'éclaircit et le soleil cogne. Passage à Condom et ses 4 mousquetaires. Ensuite pour ceux qui ne connaissent pas, je vous conseille vivement le détour par le superbe petit village médiéval de Larressingle. L'ayant fait lors de mon premier passage il y a quelques années, je ne le referai pas, mais allez y!
Puis passage sur le vieux pont bien restauré d'Artigues, étape de beaucoup de goudron, dommage.
Arrivée à Montréal du Gers

gîte la Compostella,
33 euros la 1/2 pension, accueil verre d'eau fraîche avec sirop

jour 22 le mercredi 05/09/2018 de Montréal à Menciet

La grisaille est là pour la journée avec menace de pluie pour ce soir. Une bonne partie de la matinée se fait sur une voie verte, ancienne ligne de chemin de fer. C'est sympa. Arrivée à Eauze ou les bars de la vieille places sont tous fermés ! dingue. Heureusement un peu plus bas, un courageux me désaltérera. Depuis 2 ou 3 jours, on avait abordé les vignobles entrecoupés de tournesols. Aujourd'hui principalement vignobles et quelques maïs. Peut être un peu moins de goudron quoique ?
Arrivée à Menciet, 2 grandes bières en récompense, j'ai les pieds en feu avec des ampoules en surcouche !

au gîte au "chemin enchantant" , pas de faute d'orthographe, n'en cherchez pas.
1/2 pension à 37 euros très bien pas nombreux

jour 23 le jeudi 06/09/2018 de Menciet à Lelin-laPujolle

Etape normale, beaux passages, petits chemins, goudron, maïs, encore quelques vignes. Exceptionnel, 2 pélerins sur le retour! Départ sous le gris, quelques gouttes de pluie, et un coup d'orage, un seul une fois arrivé au gîtes mais même pas de pluie. Ce soir

au gîte "La grange Dubarry"à 300m hors gr, mais bien indiqué
1/2 pension 34 euros
Ceux qui sont arrivés tard ont subi un orage avec déluge

jour 24 le vendredi 07/09/2018 de Lelin à Miramont Sensacq

Démarrage au chant du coq longue étape . Ciel gris mais pleut pas. Goudron jusqu'à une vieille voix de chemin de fer que l'on suit sur de longues lignes droites jusqu'au centre de Aire sur l'Adour. S'ensuit une petit montée et descente vers un très grand lac. Puis on enchaine le cauchemar de ma première fois, longues lignes droites dans les maïs et route goudronnée. Etape banale avec beaucoup de goudron.
Je ne comprends pas, rencontre seulement 6 pélerins étalés sur la distance alors que quand on appelle les gîtes, c'est plein ?

ce soir gîte communal la nuité 12, 50 euros. Repas et ptt déj en donativo
le café restau épicerie n'existe plus. Juste la boulangerie qui vend des boissons fraiches et quelques boites de conserve mais c'est très cher !

jour 25 le samedi 08/09/2018 de Miramont à Arzacq Arraziguet

Beau temps de retour. Courte étape par faute de place, gîtes complets. On voit personne, à part au départ un élevage de canards, comprends pas ? Retrouve un peu de reliefs, approche des pyrénées que l'on aperçoit par endroits dans les brumes sur notre gauche. Passage à Pimbo ou on peut boire un coup frais et manger une friandise. Gateaux patisseries au choix de chacun.
Encore une fois, beaucoup de goudron. Dommage!

Ce soir au gîte communal , complet avec moi!
1/2 pension 27 euros
le moins cher depuis le Puy en Velay

note: on aura réserver partout depuis le domaine du Sauvage.

jour 26 le dimanche 09/09/2018 de Arzacq à Pomps

Petite étape toujours pour ces problèmes de gîte. Pas grand chose à dire si ce n'est quelques installations sismographiques pour tester à priori les résultats ou plutôt les conséquences de certains forages ? On aperçoit sur la gauche par endroits les pyrénées. Beaucoup de pélerins. Ce soir

au gîte communal
1/2 pension à 26 euros,
Note: la petite épicerie est fermée, on est dimanche, pas de bar, c'est dur, pas de bière aujourd'hui! Mais si à 17h30, l'épicerie ouvrira exprès pour nous sur appel de la gardienne du gîte. Soirée sympa et bien mangé

jour 27 le lundi 10/09/2018 de Pomps à Sauvelade

Etape moyenne sous un départ gris mais qui va s'éclaicir. Arrêt à Artez, si vous avez besoin de course profitez en! Après, y a Maslacq mais le centre est hors Gr.  Quelques belles vues .
Après Maslacq, passage en petite vallée ou petite plaine à proximité du gave de Pau que l'on entrevoit une fois. Puis quelques montées tonifiantes avant la descente pour Sauvelade

au gîte municipal le Laa.
Tout est fermé restau bar, le gîte est ouvert mais juste un tableau avec votre numéro de chambre pour vous installer, enfin si vous avez réservé!
Donc impossible de boire un coup en arrivant. Faudra attendre 18h15.
1/2 pension à 34,50 euro
Par contre, c'est le désert, rien à faire

jour 28 le mardi 11/09/2018 de Sauvelade à Lichos

le beau temps est de retour. Même très chaud. on s'est rapproché des Pyrénées, elles paraissent plus près. Passage à Navarrenx, petit ville sympa, j'en profite pour changer mes vieux pneux usés jusqu'à la corde et du même coup les chambres à air, comprenez les chaussures et les chaussettes usées qui n'auraient pas été jusqu'à st Jean Pied de Port tellement usées! Donc le reste de l'étape va être un peu dur avec ses godasses raides.
Etape de relief, mais terrible de pratiquement que du goudron. Les pieds chauffent dur!

ce soir gîte chez Angèle 200m après la sortie du village sur le chemin. La aussi, le désert mais il y a de la bière ;-)
1/2 pension à ? pas noté, encore une fois, désolé ! mais je dirai comme d'hab, dans les 35 euros

jour 29 le mercredi 12/09/2018 de Lichos à Ostabat

Beau temps, finira en orages mais j'arriverai avant la pluie. Certains malheureusement non !
Etape assez longue, beaucoup de reliefs, beaux paysages. quelques goudrons, j'en avais pas le souvenir d 'autant. Une longue montée vers une petite chapelle sous le regard attentif des premiers vautours. Lors de mon premier pélerinage, au 1/3 de cette montée, je m'étais écroulé comme une bouse, sous un soleil de plomb, cette fois, je suis fier de la bête, toujours sous un soleil de plomb, j'ai monté comme une bête!
plus loin, un élevage doit avoir une zone pour les cadavres, survolée par une bande de superbes vautours. Je suis toujours en admiration sur ces grands voiliers qui ont une maitrise de l'air comme personne. Z'ont pas besoin d'un tas de matériel, d'instruments variés comme les pilotes de planeur, ce sont des bons !
Ouff arrivée à Ostabat, un bar avec de la bière, quel bonheur après cette dure journée. Et départ du bar sous l'orage qui menace, mais encore une fois, j'arrive avant les pluies violentes. Merci St Jacques. Arrivée

au gîte de Gaineko Etxea
1/2 pension à 41, 50 euros
très bien et chants du papy en basque, très convivial, c'est même une notoriété, il est cité sur beaucoup de guides
Je suis horrifié par ce me raconte la proprio, ils ne servent plus le repas dehors parce que des personnes se sont plaintes d'avoir été obligées de sortir leur polaire parce qu'il faisait un peu froid, d'autres parce qu'il y avait des mouches ou à cause des chats, etc...
P.tain, ce sont pas des pélerins ça, ça n'a rien à faire dans les gîtes, qu'ils aillent dans les hotels 5 étoiles.
Elle me montre une voiture qui vient d'arriver, accompagnement d'un groupe de pélerins, enfin pour moi, de faux pélerins, ça porte plus rien! des guignols à petit sac, ils sont à peine rendus qu'ils râlent déjà.  C.nnards

jour 30 le jeudi 13/09/2018 de Ostabat à St Jean Pied de Port

Départ dans une petite brumasse. Petite étape. Quelques reliefs, du goudron et .... beaucoup de pélerins, et beaucoup de taxis, surprenant dans ces petites routes de campagne, mais non, normal, ils portent les sacs de gîtes en gîtes, ce sont les nouveaux pélerins, je peux comprendre que quelqu'un qui ait  un handicap, ou un certain âge, et encore que j'ai rencontré un pélerin qui lui portait son sac à 83 ans, ben, je me dit que les gens deviennent fainéants, ça n'engage que moi, mais si je le pense réellement, partisans du moindre effort. Enfin, surprenant alors que les jours précédents on voyait personne. Du mouton en quantité. quelques belles vues de prémontagne. Et dernière petite montée pour St Jean Pied de Port.

au gîte paroissial , 1/2 pension à 20 euros. Mais il y a une cagnotte pour faire une participation aux frais

Voilà donc cette première partie du Puy en velay à Saint Jean Pied de Port réussie, malgré des ampoules au bout de 15 jours, pourquoi ? Après les godasses neuves, ça a pas loupé, sur les talons, là au moins je sais pourquoi, je vais donc attaquer l'Espagne en pleine illumination et pas que spirituelle !

Camino Frances septembre/octobre 2018


Ce chemin, pour moi a perdu tout son attrait, devenu trop touristique, bonjour le portage et la foule, très peu de belles rencontres. L'esprit du chemin n'est plus là. Je l'ai fait 2 fois, mais il n'y aura pas de 3 ème fois. je ne peux pas dire que j'en ai tiré ce que j'attendais, dommage.

jour 31 le 14/09/2018 de St Jean Pied de Port à Roncevaux

Départ pour l'invasion de l'Espagne. du pélerin à faire fumier, ça monte péniblement pour Orisson. Certains crachent leurs poumons. j'ai jamais vu autant de coréens, de taxis sur une petite route de montagne. Il n'y a pratiquement plus de pélerins purs et durs, le portage est devenu une véritable industrie d'ou tous ces taxis.
Les coréens aussi se sont mis au portage, et beaucoup ne  se promènent plus qu'avec leur perche à selfies!
Très belle étape malgré les premiers km jusqu'à après Orisson sur du goudron. Pas de chance, c'est très brumeux, on voit pas le fond des vallées, par contre moutons et chevaux grouillent.
On assiste et aide un embarquement en camion  de moutons à destination de la plaine. Ca nous laisse le temps de causer avec éleveurs et bergers. ils ont en marre des vautours, tellement nombreux, qui s'attaquent même aux vaches ou brebis en train de véler dans les champs.
Je pète la forme  et décide de devancer la foule en continuant 6 km après Roncevaux à Espinal

ce soir hostel Haizea en dortoir 1/2 pension 20, 50 euros, ptt dej en plus

jour 32 le 15/09/2018 de Espinal à Zabaldika

Un peu frisquet mais grand soleil pour ce premier départ côté espagnol. Encore une fois, dingue le monde, principalement asiatiques!
Etape plutôt sympa, quelques belles vues. Des petits reliefs mais rien de bien fatigant.

ce soir albergue paroquial en 1/2 pension
donativo
fait marquant de cette étape, une attaque sournoise d'un chien assez gros qu'une femme promenait sans laisse, il m'approche et à quelques centimètre il a essayé de m'attraper la cuisse, heureusement les bâtons ont encore joué leur rôles de protection, le pire ne parlant pas espagnol, au cris de la connasse, elle devait être en train de m'insulter ! un autre pélerin arrivant à quelques pas derrière, a failli se faire bouffer la main, il se croyait plus malin et à voulu faire risette au chien !
Autant que je me rappelle, c'est la première fois que ça m'arrive sur ce camino

jour 33 le 16/09/2018 de Zabaldika à Uterga

Départ frais sous le soleil. A Pamplune, suis obligé de racheter une paire de godasses. Peux plus marcher avec celles achetées en France. Les ampoules n'arrêtent pas, ne guérissent pas et s'infectent. ça me fait trop mal. J'ai plus qu'à faire un colis dès que je verrai un bureau de poste !
Longue traversée de Pamplune.
Ensuite on continue pour monter au col des ferrailles, mais si, là ou il y a des figures de pélerins en tôle découpée, avant d'entamer la descente plutôt chiante dans les rocailles. Finalement arrivée à Uterga

à l'albergue, j'ai pas noté le nom
1/2 pension 20 euros, le repas, bon, mais un peu léger, bon, on mange du pain !

jour 34 le 17/09/2018 de Uterga à Estella

Toujours le grand beau soleil pour cette nouvelle étape. Pour la 3 ème fois, j'emprunte la porte des sortie des pélerins qui quittent Puente la Reina. Puente la Reina ou je prends le temps de faire un colis à la poste pour renvoyer mes grosses godasses en france, très cher, 2 KG, 40 euros!!!  A chaque fois, cette porte, ça me fait quelque chose, sans doute parce que c'était là que j'avais arrêté ma voie d'Arles. Et que j'avais eu beaucoup de peine en voyant les amis de rencontre continuer le chemin sans moi!
Une petite montée vigoureuse peu après, il fait très chaud alors qu'il n'est pas encore midi au soleil. L'après midi va être dur. Les chemins aménagés commencent, ils longent les routes mais pas de problème. Arrivée à Estella

Albergue Capucino 15 euros la nuité dont 1 euro pour paiement par carte bancaire
il y a un restau pour le repas et le petit dej à payer à part au restau. Un menu pélerin à 11 euros

jour 35 le 18/09/2018 de Estella à Sansol

Etape sympa, de beaux paysages. En sortie d'Estella, après Ayegui, on passe devant la célèbre fontaine à vin, d'Irache au pied du monastère donc, que croyez vous qu'a fait votre serviteur, ben, il a bu un coup comme les autres, peut pas faire autrement, j'avais le souvenir de l'autre fois, un vin très vert qui peut vous ratatiner la boyauterie, mais là, je l'ai trouvé bon. Au départ, j'avais prévu de m'arrêter à Los Arcos , mais vu les files d'attente devant les gîtes, ça m'a hérissé le poil, c'est complètement dingue tout ce monde, donc j'y ai fait une bonne pause et zou, retour au taf pour Sansol, par contre le chemin du coup n'est pas vraiment terrible, très longue ligne droite désolante.

le gîte tout neuf Codés est à l'entrée, immanquable, accueil très sympa.
la nuité 10 euros. Menu Pélerin à 11 euros

jour 36 le 19/09/2018 de Sansol à Logrono

Encore un départ sous le soleil naissant. Toujours des passages sympa, certains me sont restés en mémoire. Par contre c'est journée casse pattes, descentes et remontées de collines en permanence.
Après Viana, c'est moins sympa et beaucoup de goudron jusqu'à Logrono et le moindre espace propre est envahi de pélerin en train casser la croute!
ce soir, c'est la fête du vin et je joue au pélerin de luxe, besoin d'un peu de tranquillité, ce sera donc

hôtel mais j'ai rien noté, de mémoire, il me semble que la chambre devait être dans les 40 euros

jour 37 le 20/09/2018 de Logrono à Nareja

Départ long et peu intéressant dans la ville, dans des brumasses grises ou bleuses. Après petite partie très sympa dans le parc de la Grajera. Magnifique lac, des écureuils très sociables, des tas de grosses carpes et autres happent la surface et font des ronds parmi les canards, cygnes etc....
Après pour moi, c'est moins sympa, de longs chemins dans les vignes et jusqu'au bout.
On nous fait faire un grand détour pour nous faire passer à Ventosa, tout ça pour vous appâter avec un restau mais il n'y a rien d'autre à faire. En repartant, un vautour tourne sur le coin, le verrais plusieurs fois encore après, enfin je suppose que c'est le même, on en voit qu'un dans le ciel.
Arrivée triste dans la ville

à l'albergue de pélerin sur la gauche après une espèce de patte d'oie ou il y a un bar qui fait la pointe. Albergue sans nom ? , qualité moyenne, pas de verrou pour la salle d'eau et les waters, le décor est un peu usagé et passé!.
10 euros la nuité, aucun repas, mais restau juste à côté

jour 38 le 21/09/2018 de Najera à Granon

Ciel gris bleu, départ un peu chiant dans la ville après avoir passé le pont. Dans les vignes à fond ainsi qu'une espèce de terre plus ou moins rose. Et ce jusqu'à Ciruena. Après, ça change du tout au tout, plus de vigne, mais de la culture céréaliaire et des grandes lignes droites atroces avec de la fine pierraille jusqu'à Santa Domingo de la Calzada.
La je me fais bêtement avoir, j'ai pas voulu m'arrêter au milieu de la ville ou il y a 2 ou 3 bars, pensant qu'il y en aurait un plus loin, ben, que non, donc les derniers km jusqu'à Granon se feront le ventre vide et la gorge sèche. Derniers km d'ailleurs aussi en grandes lignes droites

Arrivée à l'albergue donativo dans la rue principale quelques 50 m après le bar My Way.  Très bien accueil très convivial, cuisine simple mais bonne et copieuse

jour 39 le 22/08/2018 de Granon à Villafranca Montes de Oca

Départ à la fraîche, à 7h30 le jour se lève à peine. Quelques grandes lignes droites qui longent les grandes routes, des petits villages. Bien sympa. Au loin un vol de 5 montgolfières apparaissent dans la brume matinale. Arrivée à Belorado à 10h45. Trop tôt pour s'arrêter là, petite pause coca et bocadillo (sandwich) et zou, ça repart.
Encore et toujours des grandes lignes droites sous un soleil de plomb. Arrivée enfin à Villafranca Montes de Oca ou je m'arrête au premier truc

au bar hotel El Pajaro.
1 chambre pour moi tout seul, avec commodités sur le palier 20 euros sans les repas.

jour 40 le 23/09/2018 de Villafranca à Cardenuela Riopico

Toujours pareil, démarrage à la fraiche et une bonne côte. Passage au monuments aux morts de la guerre civile, à vérifier. Ensuite, longue pérégrination sur plusieurs km dans de la pinède. Une fois sorti des arbres, de la plaine, J'aperçois encore un vautour seul, commence à me demander si il me suit pas celui là! mon humble carcasse lui ouvrirai t'elle  peut être des perspectives de repas ?
On passe aussi à Atapuerca ou subsistent des traces de l'homme ancien. Ne me demandez pas son âge, je ne parle pas espagnol et n'en ayant pas croisé, je n'ai pas été à même d'entreprendre une discussion scientifique.
Après, encore une bonne montée le long d'un terrain militaire, on aperçoit au loin Burgos. Puis longue descente vers Cardenuela Riopico

ce soir Albergue municipale, la Parada, toute neuve à 5 euros la nuité.

jour 41 le 24/09/2018 de Cardenuela à Rabé de las Casadas

Départ dans la pénombre. Le temps a bien changé. Ciel gris et quelques pissées de mouches jusqu'à Burgos. Que du goudron depuis le début de l'étape et trottoirs en béton en ville. La cathédrale est toujours là, et la visite toujours payante!
Longue traversée et enfin retour à la campagne. Jusqu'à Rabé de las Casadas

albergue Liberanos Domine
1/2 pension 20 euros

jour 42 le 25/09/2018 de Rabé à Castojeriz

Encore un départ aux aurores, je ne comprends toujours pas, des gens qui ne font que 14 km dans la journée se lèvent à 5h et réveillent tout le monde ! Ils ne voient rien des paysages puisqu'il ne commence à faire jour qu'à 7h30 !
Donc une fois réveillé, ou tourner en rond dans le lit ou se lever aussi, enfin après avoir attendu une heure décente.! ce que je fis !
Départ avec une énorme lune en face, il suffirait de tendre la main pour la saisir, et si on se retourne, c'est le soleil qui se lève. C'est superbe tout ça. Et on aborde le plateau de la Meseta , que l'on va fréquenter plusieurs jours. De mémoire, il me semble ne pas avoir trop aimé cette partie, et aujourd'ui je la trouve belle!
C'est très désertique, on erre à travers des hectares de cultures céréalières qui ont été moissonnées il n'y pas longtemps. Et puis, on redécouvre des vols de vautours qui m'émerveillent toujours autant, si j'étais parano, je dirai qu'ils me suivent sentant ma mort prochaine :-)) !
Petite halte au village de Hontanas que je reconnais facilement, puis retour au boulot pour passer cette vieille ruine impressionnante de San Anton ou il y a un refuge pélerin, pourquoi refuge, pas d'eau chaude, semble t'il éclairage à la bougie, expérience certainement intéressante mais peut être pas très revigorante après une longue marche et surtout le nombre de places est très réduit. A vous de voir! les pélerins revus le lendemain ont trouvé l'expérience très sympa!
Continuation jusqu'à Castojeriz, arrivée un peu décevante par du goudron, une belle église sur votre droite, en arrière plan sur la colline, un vieux chateau en ruine.
pas facile à trouver mais très bien,

à l'albergue Rosalia
1/2 pension pour 22 euros

jour 43 le 26/09/2018 de Castojeriz à Fromista

Comme hier, départ lever du jour. En sortie du village, en face la lune énorme nous appelle vers une montée de 12% sur 1050m, et une descente de 18% sur 305m, ce sont des panneaux qui vous le disent, moi je ne fais que répéter! de toute manière, vous sortez du lit, la peau du ventre bien tendue après le petit déjeuner, donc pas de rouspétance, vous grimper. En haut vous aurez, d'un côté, la lune et si vous faites face arrière, un lever de soleil magnifique. Beaucoup de pélerins s'arrêtent profiter du spectacle. Je dis beaucoup de pélerins, parce que ça grouille, sais pas comment ça va être pour les 100 derniers km, mais ça me fait peur, va falloir se battre aux bâtons pour avoir 1 lit!
Jusqu'à Itero de la Vega après un magnifique vieux pont, c'est très beau, après pour moi, moins, et de longues lignes droites désolantes. Après Boadilla del Camino, on rejoint rapidement le chemin de halage du canal de Pisuerga pour les derniers km. Que les paresseux, à priori, pourront faire en péniche. Il y a un embarcadère exprès.
Arrivée à l'écluse et introduction dans le village pour rejoindre

l'albergue municipale
9 euros la nuité sans repas

jour 44 le 27/09/2018 de Fromista à Carrion de los Condes

Etape chiante, très longues lignes droites sur des chemins le long des routes. Rien à voir si ce n'est à perte de vue des champs de blé moissonnés, quelques fois des arbres, un arrêt cependant sympathique à l'albergue bar de Villovieco avec ses animaux,  ânes, moutons, canards et oies, chiens et chats et bien sûr, des pélerins !
Et toujours les mêmes styles de chemins jusqu'à Carrion. C'est justement sur ces sortes de chemins qu'on voit les files de pélerins, on se croirait sur les 100 derniers km avant Santiago


5 euros nuité à la pension parroissiale Santa Maria sans repas. véritable usine à pélerins. manque douches et sanitaires vu la foule. Faut faire la queue
A noter: qu'il n'y a rien d'autre après Carrion avant 17 km pour ceux qui voudraient continuer

jour 45 le 28/09/2018 de Carrion à Moratinos

Départ tôt, des allumés allument la lumière du gîte à 5h20, du grand n'importe quoi, puisqu'après une fois prêts, au lieu de partir, ils sont sur leur smartphone dans la cuisine pendant je ne sais combien de temps, finalement me levant plus d'une heure après, je pars avant la plupart d'entre d'eux! Départ dans l'obscurité qui va vite virer au  beau soleil, la journée va être dure vu la chaleur. Donc étape pour moi d'aucun intérêt, départ grande ligne droite sur la route, puis de grands chemins agricoles toujours en ligne droite avec des petits graviers genre chemins blancs en France, qui longent l'autoroute à 300m, on entends sans arrêt la circulation!
Passé Calzadilla, c'est un peu mieux.
On emprunte un sentier qui serpente un peu le long de la route avec quand même quelques arbres, rien de bien intéressant quand même. Les paysages sont désolants, uniquement des champs de blé moissonné jusqu'à l'horizon. Arrivée à Moratinos,  arrêt à l'entrée du village, où l'on aperçoit une étrange construction, sous terre, la maison des hobbits. Arrêt à la première

albergue hotel restaurante, c' est très sympa environ 32 € en demi-pension et c'est très bien

Jour 46 le 29/09/2018 de Moratinos à Calzadilla de los Hermanillos

Je reste sur mon impression, c'est pas vraiment beau, arrivée sur Sahagun que l'on aperçoit de loin et que l'on rejoint par un petit détour vers une vieille chapelle. Ensuite on s'emmanche vers Calzada del Coto ou 2 options s'offrent à vous, le camino Real que je n'ai pas pris malgré que le début du chemin semblait plus ombragé mais qui longe la route d'ou beaucoup de bruit de circulation peu propice à la méditation, donc je prends la calzada Romana, dire que c'est mieux, j'ai un doute, chemin peu agréable sous le soleil, le balisage est un peu léger, pas d'ombre et rien à voir. En fait, après avoir parcouru l'étape suivante, je déconseille cette variante. Pas d'ombre, rien à voir. Heureusement à environ 4 km de l'arrivée, une partie plus sympa genre maquis méditérranéen, et enfin arrivée au village à

l'albergue municipale
la nuité, donativo

jour 47 le 30/09/2018 de Calzadilla à Mansilla de las Mulas

A part le beau temps, c'est une étape affligeante, commence par une longue ligne droite de goudron puis continue sur des chemins agricoles plus ou moins gravillonneux. Ca roule sous les pieds ou ça fait mal. Et toujours des grandes lignes droites désolantes. Bref aucun plaisir et ce jusqu'à Reliegos ou l'on rejoint le chemin pour continuer sur celui aménagé le long de la route. Mais au moins, il y a de l'ombre par endroits. Arrivée au village:

 à l'albergue El Jardin del Camino
la nuité 5 euros et 12 euros le repas avec boisson

jour 48 le 01/10/2018 de Mansilla à Oncina de la Valdoncina

Temps toujours exceptionnel mais étape toujours aussi nulle. je ne me rappelle plus après Leon, mais j'espère que ça va aller mieux. ça devient lassant, en fait j'en reviens à mon souvenir, partie du chemin peu intéressante! je ne fais que passer à Leon, visite cathédrale payante et je ne veux pas payer. Et étant déjà passé, je n'ai pas envie de m'arrêter. Je continue jusqu'à La Virgen del Camino, mais vu la difficulté pour trouver l'albergue complètement excentrée, d'un coup de colère, après avoir trouvé sur internet une albergue,  nommée El Pajar, non répertoriée sur liste ou guides,  à Oncina la Valdoncina, elle est toute récente et donc inconnue, je décide d'y aller. Coup de pot, j'arrive c'est complet, reste juste une chambre à 30 euros que je paierai 15 euros, ptt déj inclu,  vu que je prends la 1/2 pension. Et le repas très bien 9 euros. Donc méfiez vous avant d'y aller, c'est pas grand et après, il faut rajouter 10 km avant de trouver quelque chose à Villar de Mazariffe!

albergue El Pajar
chambre à 30 euros que je paierai 15 euros, ptt déj inclu,  vu que je prends la 1/2 pension. Et le repas très bien 9 euros

jour 49 le 02/10/2018 de Oncina à Hospital de Orbigo

Départ un poil encore nuit sous les étoiles et la lune. Le soleil va vite se lever et c'est magique comme tous les matins. Ca commence pas trop mal, fini les grands champs moissonnés à perte de vue. Du maïs, de la mauvaise herbes, des arbres. Par contre après Choza de Abajo, c'est moins réjouissant, toujours ces grandes lignes droites, d'abord sur goudron, puis chemins de terre et galets. Et ça continue passé Villar de Mazariffe jusqu'à Villavente. Arrivée finale à Hospital de Orbigo après avoir franchi le grand et vieux pont

 à l'albergue San Miguel
7 euros la nuité + 3 euros le ptt déj, pas de repas mais cuisine pour ceux qui veulent cuisiner
à priori, vu le temps que je mets pour faire l'étape, je pense que les distances des guides sont largement surestimées! j'aurai pu aller plus loin !
C'est à partir de là que je commencerai à voir des offres de poulpo, et comme j'adore, je vous recommande le poulpo du restaurant Jabel, 50 m sur la droite après avoir franchi le pont. Un truc a se damner ! n'étant pas un connaisseur des vins, je ne sais pas ce qui doit accompagner le poulpo, moi j'ai pris un vino tinto de la Rioja frais,  et ça me va très bien !

jour 50 le 03/10/2018 de Hospital à Santa Catanna de Somoza

Comme d'habitude une bande d'énergumènes commencent leur bordel à 5h et vous réveillent sans vergogne. Bel esprit pélerin. Donc après vous tournez en rond dans le lit, mais rien à faire pour se rendormir. De guerre lasse, vous décollez votre carcasse du lit, vous vous préparez et vous décollez dans les derniers au lever du soleil. Qui sera là encore toute la journée. Les paysages sont déjà beaucoup plus sympa et attirants. Quelques lignes droites mais beaucoup moins grandes.
L'arrivée et la sortie D'Astorga, ou vous passerez devant le palais de Gandi et la superbe cathédrales, sont par contre pas vraiment réjouissantes. On continue gaillardement jusqu'à Santa catanna de Somoza à:

l'albergue El Caminante
5 euros la nuité sans les repas

jour 51 le 04/10/2018 de Santa Catanna à El Acebo

Pourquoi changer ce qui va bien. Départ comme d'hab, chemin qui longe la route jusqu'à Rabanal del Camino, petit village sympa. Mais les paysages vont bien. Après Rabanal, les choses vont changer, de belles vues jusqu'à la fin. Passage obligé à la croix Cruz de Ferro, pour cette fois, il n'y a pas la foule, à par un pélerin péquenot qui va passer sa vie à côté à emmerder tous ceux qui voudraient faire une photo sans sa bedaine, y en a qui sont lourds, incroyable, ils se croient seuls sur terre ! bon, continuons, on grimpe toujours, de 975 m au départ,  pour atteindre la folle altitude de 1527 m, que l'on va cotoyer un certain temps. Très beau chemin de montagnes avec vue superbe.Le petit refuge bariolé de Manjarin est toujours là, mais le proprio a pris un coup de vieux, alors combien de temps tiendra t'il encore ? des vues folles vous attendent, c'est beau !
Par contre, va bien falloir commencer à redescendre, et là, ça rigole plus, pavasses, caillasses, bref, du pas confortable pour les pieds et parfois les genoux. On redescend quand même d'environ 400 m ! pour finalement arriver à El Acebo,

à l'albergue Meson el Acebo
nuité 5 euros sans repas. menu pélerin 10 euros. ptt déj à prendre plus bas à l''hotel 5 euros mais extrêmement complet fromage jambon etc ...

jour 52 le 05/10/2018 de El Acebo à Camponaraya

Ce matin, départ dans la nuit. le soleil apparaitra 1/4 d'heure après. On continue la longue descente engagée hier. Chemin plus ou moins facile. Pas mal de goudron, mais ça reste sympa vu les paysages de montagne.On descend jusqu'à l'entrée très sympa de Molinaseca. Après on est sur du plat. Passage devant le splendide chateau de Ponteferrada et sa parade de touristes. Et puis on continue sur du goudron jusqu'à Camponaraya

à l'albergue la Medina presque en sortie de village.
10 euros la nuité sans les repas.
menu pélerin à 11 euros, 1 euro de plus que d'habitude !

jour 53 le 06/10/2018 de Campinaraya à Villafranca Del Bierzo

Encore un départ en fin de nuit pour cette courte étape. Pourtant j'aurai pu rester dormir un peu. j'étais le dernier dans le dortoir. Mais réveillé comme d'hab et impossible de me rendormir, alors sur le chemin. Très beaux levers de soleil, toutes les couleurs, des jaunes, oranges, roses etc...
Etape sympa dans les vignes, entourées de montagnes, ce qui laisse présager des prochaines étapes tout au moins jusqu'à O'Cebreiro ! On commence à voir les couleurs automnales depuis quelques jours et les feuilles tombent.
Ce soir, instant de folie, je m'offre

l'hotel Cruce, soit disant à 500m du centre, faut en rajouter un peu plus!
35 euros la nuité sans ptt déj.

jour 54 le 07/10/2018 de Villafranca à Laguna

8h, départ relax. Ciel un peu gris par endroit , fait vraiment pas chaud, on marche des km en fond de vallée ou soufle un certain vent froid et au final , vers midi, grand beau soleil.
Belle étape, surtout la fin en grimpant pour O'Cereibro en montagne. Par contre énormément de goudron en suivant les routes. Beaucoup d'arrêts buvettes casses croutes possibles. Pour ceux qui veulent, à partir de las Herrerias, possibilité de faire la montée à cheval. Finalement après une bonne grimpette, arrivée au

bar restaurant albergue A Escuela, pas envie d'aller dans l'usine à O' Cebreiro (2 km plus loin)
10 euros la nuité sans repas

jour 55 le 08/10/2018 de Laguna à Triacastela

Bon il me restait 2 km à faire pour assister au lever de soleil à O'Cebreiro, donc levé pas trop tard et zou sur le chemin. Le ciel commence à rougeoyer pendant la finale de la montée et c'est vraiment beau. Le village aussi n'a pas changer, superbe. Y a même des gens qui arrivent en taxis, sortent leur sac à dos du coffre et ...... jouent au pélerins, sais pas à quoi ça rime de jouer cette comédie. Bon, passons, l'étape est vraiment trop belle pour s'emmerder la vie avec ces guignols!
On navigue dans les 1300 m en permanence sous le bruit plus ou moins persistant de gros hélicos bombardiers d'eau. Dont 1 de fabrication russe me semble t'il à deux rotors contre-rotatifs. En effet on découvrira plus loin d'importantes fumées derrière une barre de montagne et ça doit brûler bien ?
Je ne sais pas à quelle distance on est du portugal, mais je pense, pas vraiment pas loin à vol d'oiseau, et j'avais vu dans la presse que justement ils luttaient contre des incendies dans le nord, alors ?
Mais on continue toujours dans de grandioses paysages pour arriver à la fin de l'étape, il reste moins de 150 km pour Santiago.  Ce soir,

à l'albergue A Horta de Abel. la 1 ere à qui je m'adresse est complète.
10 euros la nuité

jour 56 le 09/10/2018 de Triacastela à Ferreiros

Longue étape imprévue. Départ tôt mais j'ai pas voulu m'arrêter à Barbadelo comme je l'avais prévu au départ. Arrivé trop tôt et sur ma liste d'albergues, 1 première 3,5 km après, le patelin, Leda, cité, mais n'existe pas et du même coup l'albergue non plus. 1 autre 1 km après, à Morgade, sauf que c'est complet tous les jours par les réservations! Il vous faut donc aller à Ferreiros pour avoir une place et encore si vous n'arrivez pas trop tard.! Enfin, une très belle étape quand même malgré quelques goudrons.
Depuis 2 ou 3 jours, on passe des vieux villages comme ceux de nos campagnes, les vaches passent dans la rue principale d'ou d'abondantes bouses de vaches, d'odeurs fermières, pour un nostalgique comme moi de cette période, je suis comblé. A noter qu'on a bien descendu, on avoisine plus que les 600 m! ce soir le dormi

à l'albergue Casa Cruceiro tout de suite en arrivant sur la droite, la réception se fait au restau sur votre gauche
10 euros la nuité. Attention aux prix au restau, c'est cher , le même whisky ailleurs 2 euros, içi 4 euros !
PS: d'après leur tampon vous n'êtes plus qu' à 100, 746 km de Santiago

jour 57 le 10/10/2018 de Ferreiros à O Hospital de la Cruz

Pas de forcenés du matin, nuit de chance !. Lever à 7h20, donc départ tardif au petit jour. Impeccable, encore une très belle étape, courte, oui, mais ça fait du bien! J'adore la Galice qui me rappelle ma Bretagne d'enfance. J'adore certains petits chemins, d'autre moins qui longent la route. Et tous ces petits villages avec leurs bouses, que de bon souvenirs d'une époque révolue.
Après Gonzar, ça grimpouille, et après Castromaior, sur la hauteur, si vous n'êtes pas de ces pélerins qui foncent tête dans le guidon et que vous prenez le temps de vous retourner, un panorama grandiose vous attend. Récompense suprême. Arrivée au petit village Hospital de la Cruz, pas envie de galoper encore aujourd'hui pour un lit, je m'arrête

à l'albergue , sans nom ?,  tout droit au bout du village
6 euros la nuité restau à 100m ou cuisine sur place

Deux défauts, douches communes, vraie pataugeoire après 2 péquins, et à voir la couleur de vos pieds en sortant, c'est pas vraiment propres ! pour vous rhabiller, à moins d'être comme les mouches au plafond, ben vous mouillez vos fringues! on est plus au moyen âge ou dans des vestiaires de foot! et les lits sont par 2 et se touchent, avec une charmante dame, ça peut être très bien, mais si vous ramassez un gros ronfleur, bonjour les dégats. Heureusement arrivé dans les premiers j'ai pu avoir un lit isolé dans un des coins du dortoir, par contre demain ou la nuit, j'ai pas fini d'entendre la porte, suis juste à côté !

jour 58 le 11/10/2018 de Hospital à Melides

Au bruit du vent dans la charpente de l'albergue cette nuit, c'était à prévoir que le temps du matin allait enquiquiner le pélerin. Et effectivement il pleut. Ciel tellement sombre que le jour daignera se lever que vers 8h30, donc pour la première fois, je pars frontale à la main. Bon, il ne pleuvra que irréguliêrement la matinée, après ça s'améliore.
Etape pas vraiment transcendante, on reste sur du chemin alterné en campagne ou suivi de route. Pas de grands paysages non plus. Suite à une erreur d'apréciation, partant tard, je ne voulais pas m'arrêter avant 14h, sauf qu'après, il n'y avait plus d'albergue avant Melides, donc obligé de marcher jusque la-bas !

ce soir albergue O Cruceiro
10 euros la nuité sans repas et il faut virer avant 8h !

jour 59 le 12/10/2018 de Melides à Salceda

Toujours au petit jour pour cette avant dernière étape. Gros ciel gris. Tombera un peu de pluie sur le dernier km, ouff! Etape plutôt sympa en forêts pour la plupart d'eucalyptus. Par contre, étape un poil raide, ça monte et descend pas mal. C'est du bombé sur tout le parcours. Pas mal de points pour manger ou boire un coup!
Arrivée au village

à l'albergue Alborada
12 euros la nuité sans repas mais c'est tout neuf. Par contre encore une fois, des douches sans intimité! pour ma part, je trouve ça débile ! et je le redis haut et fort

jour 60 le 13/10/2018 de Salceda à Santiago

Départ moyennement tôt pour cette dernière étape. Pas de stress, j'ai réservé à Santiago vu le monde, et je ne veux pas aller à l'albergue Minor à l'entrée de la ville. Véritable usine à pélerins et surtout trop au dehors de la ville, peu pratique et surtout quand il pleut.
Ciel gris sans pluie, vent, mais fait pas froid du tout. Beaucoup de monde comme à chaque arrivée. Certains n'ont même plus de sac sur le dos!
Jusqu'à ce que l'on ait contourné l'aéroport, ça reste sympa, après beaucoup moins, et encore pire la longue partie dans Santiago depuis l'entrée de la ville jusqu'au centre ancien. Et enfin arrivée à la cathédrale, sans échafaudage sous le soleil. Enormément de monde sur la grande place devant. Pélerins et touristes s'entassent, ainsi que dans les petites rues.


Voilà encore une fois la fin d'un camino.

  
  






  




  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.